TousAntiCovid : la dernière ligne droite du déconfinement

Publié le : 27-05-2021

#pratiquesnumeriques Santé

Après de nombreuses évolutions, l'application TousAntiCovid prend la forme du déconfinement. À partir du 9 juin, elle intégrera le fameux pass sanitaire mais aussi d'autres fonctionnalités inédites. Petite piqûre de rappel sur son utilité et zoom sur ces nouveautés.

L’application mise au point par le gouvernement pour lutter contre la propagation du Covid-19 a été téléchargée par plus de 15 millions de personnes depuis son lancement le 2 juin 2020. Dans le combat contre l’épidémie de Coronavirus, la technologie a été utilisée dans plusieurs pays pour alerter les personnes ayant été en contact avec une personne diagnostiquée positive, pour rompre les chaînes de contagion.

 

Ce qui change à partir du 9 juin

 

Pour ne pas s’arrêter sur une si bonne lancée, TousAntiCovid se trouve désormais sur la ligne d’arrivée du processus de déconfinement amorcé depuis mai. À compter du 9 juin, l’hexagone va se dégourdir un peu plus avec un allégement du télétravail, une ouverture élargie des restaurants, mais aussi des cinémas ou encore des musées. Pour encadrer au mieux cette reprise de la « vie normale », l’application va donner le top départ à son fameux pass sanitaire obligatoire pour accéder aux rassemblements du plus de mille personnes. Ce document permettra de donner une empreinte à une vaccination ou encore un récent test PCR. « Il pourra être utilisé en format numérique sur [l’outil ‘carnet’ de l’application] TousAntiCovid ou sur papier, mais il sera obligatoire pour les événements. Il faudra le résultat certifié avec le QR code, pas un simple compte-rendu de résultat biologique », détaille Cédric O, Secrétaire d’État chargé de la Transition numérique et des Communications électroniques, au Parisien. Quant à l’application de ce sésame pour la saison estivale, il permettra de voyager au sein de l’Union Européenne à partir du 1er juillet.

Un peu avant la mise en route de ce pass sanitaire, l’application va mettre en place à partir du 6 juin une section intitulée « Mes Carnets » permettant de scanner facilement les tests PCR, les certificats de rétablissement ou encore les certificats de vaccination. 

 

 

Autre grande nouveauté de l’application à partir du 9 juin, la mise en place d’un carnet de rappel numérique. Ce dernier remplace les contraignantes fiches papier mises en place dans les restaurants par exemple, où un client devait y déposer son nom, son numéro ou encore son email pour tracer d’éventuels cas contacts. Ce carnet virtuel se présente sous forme de QR code à l’entrée d’un établissement. Si une personne passée par ce lieu est testée positive dans les jours suivants, une « alerte orange » sera envoyée aux autres clients présents au même moment avec « une incitation à se faire tester rapidement ». Par ailleurs, la CNIL voit cette nouvelle option de TousAntiCovid d’un bon œil puisque la version numérique de ce carnet serait « nettement plus protectrice de la vie privée » qu’un bout de papier laissé à la vue de tous.

 

 

TousAntiCovid c’est quoi ? Piqûre de rappel 

 

A quoi ça sert ?

A briser les chaînes de contagion, en identifiant plus vite les personnes qui ont été en contact avec une personne diagnostiquée positive. Le principe de TousAntiCovid reste inchangé par rapport aux objectifs initiaux de l’application anciennement appelée StopCovid.

 

Pour éviter la propagation du virus et pouvoir isoler rapidement les malades, l’application TousAntiCovid permet de prévenir plus vite les personnes ayant été en contact avec un cas avéré de Covid-19, notamment celles qu’on ne connaît pas. Une manière de gagner du temps (plusieurs jours selon les estimations) dans l’identification des cas contacts potentiels.

 

Comment ça fonctionne ?

Par Bluetooth. L’application garde en mémoire des identifiants aléatoires des appareils qui sont rapprochés et si on se signale comme « diagnostiqué positif », les autres contacts sont alertés par l’application.

 

Lorsque que vous téléchargez (volontairement) l’application, si deux appareils se rencontrent pendant une durée de 15 minutes et, à moins de un mètre, des identifiants créés aléatoirement sont enregistrés de manière chiffrée dans les deux portables. La  géolocalisation n’est pas du tout utilisée.

Si une personne est testée positive, elle reçoit un code à usage unique. Elle peut alors décider d’utiliser ce code et de signaler dans l’application qu’elle a contracté le virus. Toutes les personnes ayant été à proximité et possédant l’application seront alertées par l’application les invitant à consulter un médecin.

Cette alerte est générique : elle ne dit ni quand, ni où s’est réalisé ce contact avec une personne déclarée positive.

Si vous n’avez pas de médecin, vous pouvez appeler le numéro 0 800 130 000 pour trouver un spécialiste. Il vous indiquera la marche à suivre.
copies d'écran STOPCOVID

Est-ce obligatoire ?

Non. Elle fonctionne sur le volontariat

L’utilisation de l’application se fait sur la base du volontariat. C’était une des recommandations de la CNIL.

Donc personne ne peut vous obliger ni à la télécharger (ni l’Etat, ni votre employeur…), ni à l’utiliser. On peut activer et désactiver le Bluetooth à tout instant, on peut également effacer les données collectées sur l’application sur une période de 14 jours. Avec l’arrivée des nouvelles fonctionnalités de l’application, le gouvernement rassure les français en évoquant les alternatives papiers toujours existantes comme l’affirme Cédric O : « Pour chaque fonctionnalité, il existe une alternative papier. Pour les établissements accueillant du public, il y aura toujours le traditionnel carnet de contact à l’entrée. Quant à la fonction Carnet de TousAntiCovid, il s’agira d’une preuve numérique et certifiée d’un dépistage ou d’une vaccination mais une version papier sera aussi disponible ».

Les experts estiment cependant que l’application gagne vraiment en efficacité si une large part de la population l’utilise.

 

 

Est-ce que mes données personnelles sont collectées ?

Non. L’application n’est pas une application de surveillance, il n’y a aucune collecte d’informations personnelles stockées (nom, prénom , adresse, numéro de téléphone, IMEI, adresse IP etc) ni de « tracking ». Elle utilise un protocole appelé ROBERT qui utilise la technologie Bluetooth, plutôt que la géolocalisation. Le secrétaire d’Etat affirme que l’appli « sera automatiquement désactivée et que les données seront toutes effacées à la fin de l’État d’urgence sanitaire ». Il indique par ailleurs que « personne, pas même l’État, n’aura accès à une liste de personnes diagnostiquées positives ou à une liste des interactions sociales entre les utilisateurs. »

Pour tester la robustesse de l’application, la mise en ligne du code source de l’application a démarré dès le 12 mai pour que n’importe quel développeur intéressé puisse éprouver son fonctionnement et vérifier les risques de détournement à des fins de surveillance.

> Pour les codeurs, le code est disponible sur le GitLab de l’Inria

 

L’avis de la CNIL…

Suite aux nombreuses évolutions de l’application, la CNIL a une nouvelle fois sorti sa loupe début 2021.  La commission affirme que : « L’architecture technique et fonctionnelle du dispositif apporte plusieurs garanties substantielles, de nature à en assurer la proportionnalité » :

  • -Le dispositif ne recourt pas à une technologie de géolocalisation et n’implique pas le suivi des déplacements des utilisateurs de l’application ;
  • -Aucun identifiant unique n’est lié aux lieux de contact remontés par les utilisateurs dépistés ou diagnostiqués positifs au Covid-19 ou à ceux transmis lors de l’interrogation du serveur central ;

-Les données sont séparées de celles traitées dans le cadre du protocole ROBERT.

 

Et si je n’ai pas de smartphone ?

L’application se destine particulièrement aux actifs urbains qui se déplacent en transports en commun, indique Ouest France, en écrasante majorité étant équipés d’un téléphone mobile. Pour les 25 % de Français qui n’en sont pas équipé (dont 44 % des plus de 70 ans), le gouvernement a pensé à une montre équipée de TousAntiCovid. Mais l’arrivée massive de l’utilisation du QR code semble compliquer les choses pour les personnes ne disposant pas de smartphone…

 

Où puis-je télécharger l’application ?

TousAntiCovid est disponible sur l’App Store (compatible iPhone) et Google Play (compatible Android…)

Lien pour télécharger TousAnticovid sur le Play Store

Lien pour télécharger TousAnticovid sur l’App Store

Attention aux applications qui se feraient passer pour celle du gouvernement. Prudence également face aux SMS frauduleux du type : « Les commerces rouvrent et davantage de personnes vont se croiser. Pour garder le contrôle de l’épidémie, le ministère de la Santé vous recommande de télécharger l’application TousAntiCovid dès maintenant ». Reprenant les mots du message officiel, ces SMS vous renvoient en réalité vers des liens non officiels de « l’application », une technique d’hameçonnage bien huilée. Si vous recevez ce genre de messages, ne vous aventurez pas puisque la campagne de SMS du gouvernement s’est clôturée il y a un moment déjà !

 

 

Prudence donc. Et attention aux arnaques pendant le Covid. Et n’oubliez pas, en plus des gestes barrières, de bien nettoyer votre téléphone mobile et vos appareils électroniques pour éviter la prolifération de bactéries.

Et Orange tu fais quoi ?

Retrouvez ici les réponses de Stéphane Richard, PDG d’Orange jeudi 28 mai sur France Info…