Octobre rose : 4 outils numériques au service du dépistage du cancer du sein

À l'occasion du mois de sensibilisation au dépistage du cancer du sein (Octobre rose), on vous propose des outils numériques pratiques pour rester informé sur les modalités de dépistage et se former à l'auto-examen.

Publié le : 09-10-2023


©Freepik

Temps de lecture : 5 minutes

Écouter l'article

0:00

Le mois d'octobre sonne le lancement de la campagne annuelle de sensibilisation au dépistage du cancer du sein, Octobre rose. En France, il s'agit du cancer le plus fréquent chez la femme (il représente 33% des cancers féminins). Le cancer du sein est plus rare chez l'homme (moins de 1 %). Cependant, il reste important que les hommes sachent qu’ils peuvent être concernés, notamment afin de ne pas négliger les symptômes.

Octobre rose a pour objectif global de rappeler l'importance de surveiller sa poitrine. Pour les femmes, l'autopalpation dès l'âge de 25 ans, puis la mammographie bisannuelle dès l'âge de 50 ans, sont fortement recommandées (80% des cancers du sein se développent après 50 ans). 

Alors que le taux national de participation au programme de dépistage organisé demeure faible, il est plus que jamais nécessaire d'informer, de rassurer, et d'accompagner les femmes et les hommes pour faciliter et favoriser un dépistage précoce, indispensable pour augmenter les chances de guérison. 

Découvrez 4 solutions digitales destinées à informer un plus large public, et améliorer la prévention, pour le cancer du sein comme pour d'autres cancers.

1. La plus globale : L’application Teach on Earth 

À l’occasion d’Octobre rose, les associations Belle & Bien et Teach on Earth lancent le module de formation digitale “'Je prends mon dépistage en main !”, visant à faire du dépistage un réflexe au quotidien. 

Des tests, des questionnaires, des conseils,  et des ressources documentaires offrent la possibilité de s'informer sur le dépistage de cinq cancers, parmi lesquels le col de l'utérus, la peau, et le sein. Un guide pratique permet notamment d'apprendre à réaliser une autopalpation mammaire, de savoir à quelle fréquence il est nécessaire de la faire, et d'apprendre à détecter les potentielles anomalies censées alerter la patiente. Le tout rythmé par des informations sur la nécessité de bénéficier d'un suivi médical.

Ce module de formation digitale est accessible en ligne, sur la plateforme de Teach on Earth, ou sur l'application mobile (Google PlayStore et Apple Store). 

2. La plus pédago : L’application Keep A Breast 

Keep A Breast Foundation Europe (KABE) est une association à but non lucratif dont la mission est de sensibiliser les jeunes à l’importance d’adopter un mode de vie sain et responsable pour leur bien-être à long terme. 

Reconnue d’intérêt général, elle reste aujourd’hui la plus importante fondation de sensibilisation au cancer du sein.

L’application est disponible sur Google PlayStore et Apple Store

3. La plus pratique : Mon dépistage : cancer 

L'application 'Mon dépistage : cancer' permet non seulement d'obtenir des informations et d'accéder à des actualités sur différents cancers, mais aussi d'évaluer le risque de développer un cancer en fonction de l'âge, du sexe, des antécédents familiaux, ou encore du mode de vie. Le tout basé sur un questionnaire pensé par des experts médicaux. 

On y retrouve de nombreuses fonctionnalités, comme le rappel de rendez-vous de dépistage, ou la possibilité d'en demander gratuitement, et une foule de conseils. De quoi se tenir plus informé sur le dépistage.

L’application est disponible gratuitement sur l'App Store et Google Play Store.

4. La plus institutionnelle : la plateforme “Vos conseils dépistages”

Dans la même veine, l'Institut national du cancer (INCa) a lancé 'Vos conseils dépistages' pour identifier à un stade précoce un potentiel cancer. Il suffit pour cela de renseigner son sexe et son âge, et d'accéder à l'ensemble des dépistages recommandés ainsi qu'à la fréquence à laquelle ils doivent être réalisés. 

La plateforme fournit également des informations selon chaque profil pour détecter des symptômes, et propose des conseils pour réduire le risque de cancer. À  titre d'exemple, une femme âgée de 50 ans se voit recommander de faire un dépistage du cancer colorectal tous les 2 ans jusqu’à 74 ans, un dépistage du cancer du sein par mammographie tous les 2 ans jusqu’à 74 ans ainsi qu'un examen des seins tous les ans, et un dépistage du cancer du col de l’utérus jusqu’à 65 ans. Elle reçoit par ailleurs des conseils pour détecter un cancer de la peau.

Attention : aucun de ces outils ne se substitue à un suivi médical régulier. De plus, l’autopalpation ne remplace pas l’examen clinique réalisé tous les ans par votre médecin, votre gynécologue ou votre sage-femme, ou encore la mammographie pour les femmes de 50 à 74 ans, car elle permet de dépister des anomalies qui ne sont pas visibles et/ou palpables.

Partager l’article

Voir plus de contenus

Partager bien vivre le digital