Votre enfant peut-il basculer dans le “métaverse” ?

Publié le : 14-10-2021

#protectiondesenfants Parents

Ils discutent, créent, participent à des concerts à travers leurs écrans… Mais qu’est-ce que le métaverse, cet univers parallèle virtuel qui attire nos enfants et dont tout le monde parle ? On vous traduit.

Ensorcelé par un écran, un jeune espagnol l’a été au point d’être hospitalisé en septembre dernier. Accro au jeu immersif Fortnite, qui fait sensation chez les ados, le jeune homme de 15 ans a ainsi dû subir une “désintoxication” pour son addiction au monde virtuel dans lequel il se réfugiait chaque jour des heures. Cette nouvelle, qui a de quoi en surprendre plus d’un, n’est pas sans faire échos aux récentes restrictions de gouvernement chinois imposant à sa jeune population une limite de 3h de jeu par semaine… Alors quand le virtuel joue des coudes avec la réalité, le métaverse est pointé du doigt.

 

 

Un pied dans l’écran

 

Souvenez-vous, il y a quelques années, la planète aux prémices d’Internet, découvrait le jeu Second Life. Et nous étions des milliers en 2003 à nous plonger chaque jour dans la peau d’un avatar pour vivre une seconde vie palpitante à base de rencontres incongrues et de sorties 2.0. Et puis il y eut la saga des Sims, bien évidemment, calquant la vie réelle à la perfection. Enfin, aujourd’hui, il y a nos enfants naviguant dans les métaverses que sont Roblox ou encore Fornite.

 

Mais contrairement aux apparences, le terme “métaverse” n’est pas l’apanage de la jeune génération. Ce mot aux consonances très futuristes remonte aux origines de la science-fiction dans les années 80 et désigne un monde numérique reprenant tous les codes de la réalité. Pas étonnant alors que le métaverse ait refait surface en période de confinement donnant, notamment à la Gen Z, l’opportunité de se rencontrer sans sortir de chez soi. Pour faire simple, quand votre ado joue à des jeux aussi immersifs que Fortnite, il n’ a pas l’impression de regarder l’écran, mais d’être dans l’écran. Oui, oui, vous avez bien entendu !

 

 

Métaverse : vers l’infini et l’au-delà

 

Le métaverse plus fort que TikTok ou Instagram ? C’est possible figurez-vous. Car bien plus qu’un simple réseau social, il est un monde de partage sans limites. Ainsi, votre ado a peut-être déjà participé à un concert de manière virtuelle sur Fortnite.  En septembre dernier, Aya Nakamura est ainsi devenue  la première star française à apparaître dans le métaverse, succédant ainsi à Ariana Grande ou encore Travis Scott. Ne vous étonnez pas non plus si cette année votre enfant ne sonne pas chez les voisins pour récolter des sucreries, car Halloween se fêtera en pixel.

 

 

Si on veut aller au-delà, maintenant il va falloir rentrer dans l’écran”, laissait entendre Alexandre Bouchet, directeur d’un centre de ressources technologiques spécialisé en réalité virtuelle à France Culture. Pour passer la seconde vitesse côté métaverse, le monde numérique a déjà pensé à des outils qui semblent tout droit sortis du Cinquième Élément de Luc Besson : casques de réalité virtuelle et autres lunettes pour voir la vie en tout écran. Plus fort encore, dans peu de temps, il se peut que vous observiez votre tête blonde explorer votre salon dans un monde créé de toute part grâce à la réalité augmentée. Cette dernière fera apparaître autour de lui un univers fictif qui semblera presque palpable. Ça promet !

 

 

Aider son enfant à redescendre sur terre

 

Le métaverse, un sujet qui fascine et qui interroge voir inquiète certains parents.  En effet, difficile de ne pas craindre l’effet isolant de certains jeux plongeant votre enfant quasiment dans une autre dimension. Alors, voici quelques conseils pour qu’il ne bascule pas toute la journée du côté du virtuel :

 

  • Trouver un terrain d’entente. Quel parent ne s’est jamais arraché les cheveux au moment de passer à table en entendant son ado dire: « Mais maman, je suis en pleine partie» ?  Mais rien ne sert d’aller à la confrontation pour accentuer les tensions. Optez plutôt pour le dialogue et demandez-lui quand est-ce qu’il ne serait pas susceptible d’être en plein donjon, car à ce moment, il ne pourra mettre son jeu en pause. Mettez-vous d’accord sur des horaires où il ne s’engagera pas pour un tournoi ou une mission super secrète afin de partager du temps en famille, faire ses devoirs, du sport ou tout simplement déconnecter. Un gage de confiance qu’il appréciera certainement.
  • Aidez-le à croquer la vie à pleines dents. Le métaverse reprend beaucoup de codes de la vie réelle alors pourquoi ne pas jouer sur ce terrain-là ? Exemple : votre petite Lucie adore créer des tenues sur Roblox alors pourquoi ne pas l’inscrire à un cours de couture pour enfant. Lui, Timothée son truc, c’est de construire des décors virtuels, alors par ici les cours de modélisme ! Bref, aidez-le à traduire dans la vraie vie ses passions virtuelles.
  • Lui proposer une détox digitale avec ses amis virtuels. Lâcher son portable quelques heures pour se mettre au vert, votre enfant vous dit non merci. Ne baissez pas les bras et proposez-lui plutôt d’inviter ses copains de jeu à s’amuser dans la vraie vie en mode parc d’attractions et dégustation de glaces. Un bon moyen pour concrétiser ces rencontres numériques parfois fortes et de créer de solides amitiés pour la vie.