Info ou intox : les bienfaits des "bruits colorés" sur TikTok

Certains bruits spécifiques vous aideraient à mieux vous endormir, d’autres amélioreraient votre mémoire ou encore votre attention. Sur les réseaux sociaux, les bruits colorés font des millions d’adeptes. Mais qu’en dit la science ? 

Publié le : 27-03-2023

©Plainpicture

Écouter l'article

0:00

Temps de lecture : 2 minutes

Ils sont roses, bruns ou blancs et vous les avez peut-être déjà vus passer sur votre fil d’actualité. Leur promesse ? Améliorer votre sommeil, votre concentration, votre mémorisation et même diminuer votre stress. Si les bruits colorés ne sont pas nouveaux, ils profitent d’un regain de popularité grâce aux réseaux sociaux. Preuve de l’engouement, sur TikTok, le hashtag #pinknoise a déjà suscité quelque 29 millions d’écoutes, tandis que #brownnoise en a accumulé près de 120 millions. 

C’est quoi un bruit coloré ? 

En fait, ce sont des bruits de fond qui émettent des sons constants, à basse ou haute fréquence. En fermant les yeux, vous pourriez les associer au son d’un ventilateur, d’une télévision ou d’une cascade. 

Quant au fait d’associer une couleur à un bruit, c’est une analogie qui nous vient de la science. En Physique, la lumière et le son sont représentés à l’aide d’une onde. Sa hauteur varie selon la fréquence et quand le comportement d’une onde sonore ressemble à celui d’une onde lumineuse, on attribue la couleur au son. 

Beaucoup de bruit pour rien ? 

Alors, les bruits colorés améliorent-ils vraiment notre bien-être ? À ce sujet, les scientifiques semblent moins emballés que les réseaux sociaux. Depuis plusieurs années, des études se penchent sur la question. En 2012, des chercheurs taïwanais ont mené une étude sur les effets des bruits blancs, roses et rouges sur la mémoire de travail.

Bonne nouvelle : la capacité de mémorisation pourrait être meilleure grâce aux bruits colorés.
Mauvaise nouvelle : l’échantillon analysé reste trop restreint pour être concluant. Même constat du côté des Américains. En 2021, des chercheurs ont ainsi passé en revue les résultats de 38 études sur le bruit blanc.
Verdict ? Les études étaient trop imprécises et les méthodologies utilisées trop hétérogènes pour que les résultats soient généralisables. 

 En attendant que d’autres études soient menées sur le sujet, rien ne vous empêche d’écouter le bruit de la pluie pour vous détendre si le cœur vous en dit. Nous, on préfère celui de l’orage (c’est notre côté intense). 

Pour aller plus loin, vous pouvez également consulter l’article des Canadiens de lAgence Science Presse, les chasseurs de fake news scientifiques, sur le sujet. 

Partager l’article

Voir plus de contenus

Partager bien vivre le digital

bluekai