Comment finir ses conversations textuelles (sans passer pour un gros méchant) ?

Publié le : 04-09-2022

#conseilsetastuces Pratiques numériques

Voici notre manuel pour s'initier à l'art délicat de mettre fin à une discussion par message avec doigté, pour devenir un grand maître en communication numérique.

femme qui mord du papier Photo by Amanda Souza on Unsplash
femme qui mord du papier Photo by Amanda Souza on Unsplash
femme qui mord du papier Photo by Amanda Souza on Unsplash

🎧 Écoutez notre article 🎧

 

 

Depuis que votre maman a découvert Messenger, votre boss WhatsApp et Jean-Michel de la compta la messagerie d’Instagram, c’est bien simple, votre vie ressemble à un long fleuve non pas tranquille, mais agité d’innombrables notifications. Gentil·le comme vous êtes, vous mettez un point d’honneur à ne pas vexer votre interlocuteur.

Sauf que ghoster son boss, son collègue ou son client, c’est pas joli joli, et que vous vous prenez régulièrement les pieds dans le tapis lorsqu’il s’agit de conclure avec classe, surtout quand la conversation traîne ou devient lourde.

Alors comment terminer élégamment une conversation, sans passer pour un·e gros·se malpoli·e ? Voici les do et don’t de la conversation textuelle.

 

1. On n’écrit pas “bon baiser”, “bien à toi”, “bien cordialement »

 

Comment conclure un message avec politesse et diplomatie

 

Non, on ne conclut pas une conversation avec ses proches par des formules de politesse (sauf pour la blague). Oui, elles sont acceptables voire complètement recommandées en conclusion d’un email. En revanche, à moins de vouloir passer pour une nouille, oubliez-les autant avec vos amis qu’avec votre boss.

Et ça vaut aussi avec les messageries instantanées comme Slack ou Teams avec des collègues, même lointains. Non. Là, il s’agit de communiquer avec politesse, certes, mais surtout efficacité, sans tomber dans la discussion épistolaire.

 

 

2. On opte plutôt pour un smiley qui sourit

 

Étonnamment, oui une petite tête jaune souriante est tout à faire acceptable en fin de message, voire même complètement recommandée pour clore une conversation. Car, bien qu’elle soit indispensable pour comprendre le ton d’un message, on a moins tendance à y répondre qu’à un mot :

 

Comment conclure un message avec politesse et diplomatie

 

Votre interlocuteur n’est peut être pas ravi de vous retrouver en réunion, mais vous avez réussi à faire passer le message… sous peine de vous retrouver avec une conversation vide de l’infini, du genre :

Comment conclure un message avec politesse et diplomatie

3. Bas les pouces !

 

Facebook a réalisé un coup de génie avec ce pouce bleu. Souvenez-vous de ce petit émoji introduit en 2009 (oui, c’est il y a plus de 10 ans). A l’origine, il était le seul et unique moyen de liker un post. Il s’est ensuite introduit dans nos messages privés.

Sauf que voilà, l’utiliser peut avoir deux significations : “je m’en fiche”, “je m’en fiche VRAIMENT”.

 

Comment conclure un message avec politesse et diplomatie

Donc, rangez ce pouce (à moins de vouloir afficher votre mépris) et utilisez plutôt un smiley souriant, un bon moyen d’inspirer de la sympathie à votre destinataire.

 

4. Vous ne pouvez pas, vous avez hatha yoga

 

Votre planning est indiscutablement chargé, même pour texter. Dans la vie, vous refusez de – nombreuses – sollicitations, surtout lorsque vous avez déjà quelque chose de prévu. Faites-en de même à l’écrit : « Déso, je peux pas te parler, j’ai hatha yoga/hula hoop/roller quad ». Car finalement, le meilleur moyen de finir une conversation est encore de ne pas la commencer.

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Impala Skate (@impalaskate) le

 

Légère variation : vous reprenez la personne plus tard si vous souhaitez vraiment lui parler. Dans ces cas-là, un sobre « Je te reprends après mon cours de XXXX » est amplement suffisant. Votre interlocuteur ayant lui-même des loisirs, il comprendra votre indisponibilité temporaire. Et si vous n’avez vraiment pas envie de lui parler, vous pourrez toujours lui dire que « flûte », vous avez oublié. 😈

 

5. Quid des émojis exotiques ?

 

Côté émoticônes, vous aimez céder au chant des sirènes, vous n’hésitez jamais à envoyer une licorne 🦄 de contentement ou une crevette 🦐 de désapprobation (!) pour faire comprendre à votre interlocuteur qu’il faut cesser.

Molo mulot ! Un peu de sobriété numérique ne vous ferait pas de mal, sous peine de passer pour un gros ringard de la touche et surtout… de ne pas vous faire comprendre. Restez classique, distingué et efficace : 😊 (vive le smiley magique).

 

6. On ne finit pas par un point…

 

Quoi qu’il arrive ! Une phrase commence par une majuscule et se termine par un point. Sauf par message.

C’est ce qu’indique une étude réalisée outre-Atlantique et relayée par le Washington Post. Des chercheurs ont demandé à des étudiants de juger une série de réponses envoyées. Résultat des courses, le message était jugé moins sincère lorsque les réponses étaient suivies d’un point. Et les étudiants ont jugé plus sincère le point d’exclamation à l’absence de ponctuation.

Moralité, exclamez-vous (mais pas trop, sous peine de faire mal aux oreilles de votre interlocuteur – oui oui (ÇA VAUT AUSSI POUR LES MESSAGES ECRITS EN LETTRES CAPITALES. Inutile de crier on vous lit très bien).

 

7. Finir avec amour ❤️

 

Bien qu’aucune étude scientifique ne l’ait – encore – corroboré, nous vous recommandons chaleureusement de clore une conversation Instagram par un double tap sur le dernier message de votre interlocuteur pour faire apparaître un coeur sous son message qui ne pourra s’empêcher, on l’espère, de vous aimer.