La plateforme Wish va disparaître des moteurs de recherche

Publié le : 16-12-2021

Numérique responsable

Alors que les fêtes de fin d’années approchent, la plateforme d’e-commerce Wish ne devrait pas jouer au père Noël cette fois-ci… Explications.

Bouton
Bouton
Bouton

Il faut bien l’avouer, le net regorge de bonnes affaires. Décoration, vêtements, jouets… Impossible de résister face à des sites proposant monts et merveilles à prix cassés. Mais il y a tout de même une ombre au tableau : la qualité souvent douteuse de ces objets. Alors que les prix attractifs séduisent souvent les adolescents, les arnaques ne sont en réalité pas loin. 

C’est la raison pour laquelle la Répression des fraudes (DGCCRF) a décidé fin novembre de sortir le carton rouge pour le géant Wish, une plateforme e-commerce qui séduit les jeunes en raison de ses prix cassés, en exigeant son déréférencement. Wish est notamment accusé de vendre des jouets non-conformes.

 

Bon prix ne signifie souvent pas bonne qualité

 

Fondée en 2010, cette plateforme de commerce en ligne américaine vendant énormément de produits venus de Chine, est priée de baisser rideau en Europe, une première !  Un coup dure pour cette véritable caverne d’Alibaba qui était sur le point d’entrer dans une période clé pour tous les commerces : Noël.

Côté consommateurs, c’est plutôt une bonne nouvelle que les produits Wish ne se trouvent pas au pied de leur roi des forêts cette année. En effet, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a souligné d’importants soucis de conformité sur 140 produits vendus en ligne.

 

 

Parmi les mauvais élèves de Whish : les jouets, dont 95 % ont été désignés comme étant non conformes et dont 45 % se sont même avérés comme étant dangereux. Certains jouets étaient fabriqués avec de petits éléments qui se détachaient trop facilement, au risque d’être ingérés et d’entraîner la suffocation des touts petits”, a ainsi précisé Bercy auprès du Parisien. Pas de cadeau non plus pour les appareils électriques dont 95 % étaient jugés non conformes.  Pour la guirlande lumineuse cette année, il faudra faire son marché ailleurs !

 

Le e-commerce en question 

 

Bientôt, impossible donc de trouver dans les suggestions Google ou Apple le cadeau idéal Wish pour le dernier neveu. Une décision que le géant du e-commerce a décidé de contester devant la justice, en déposant un recours devant le tribunal administratif de Paris. L’audience est prévue le 10 décembre prochain. 

 

Alain Griset, ministre délégué des TPE-PME, souhaite créer un débat autour de l’équité entre plateformes de e-commerce et magasins locaux. « Les acteurs du numérique savent désormais qu’ils ne peuvent plus vendre n’importe quel produit en toute impunité !” a-t-il déclaré dans le cadre de l’enquête du Parisien.