Et si les femmes étaient le futur de l’Intelligence Artificielle ?

Publié le : 24-11-2021

Egalité numérique

Selon The Alan Turing Institute, seuls 22 % des professionnels de l’intelligence artificielle dans le monde sont des femmes. La question du genre, parmi d’autres, est donc centrale pour introduire l’apprentissage de la notion d’égalité dans les systèmes d’intelligence artificielle de demain.

portrait de femme avec projection lumineuse de code informatique Photographie : Pexels
portrait de femme avec projection lumineuse de code informatique Photographie : Pexels
portrait de femme avec projection lumineuse de code informatique Photographie : Pexels

C’est la grosse annonce du secteur de la tech ces derniers mois : le groupe Facebook est devenu Meta. La société de Mark Zuckerberg se fixe désormais pour objectif de créer le métaverse, considéré par ce dernier comme le « futur de l’internet mobile ». Un monde virtuel immersif qui va nécessiter un déploiement gargantuesque de technologies, en particulier dans le secteur de l’intelligence artificielle et du machine learning.

Meta a déjà annoncé 10 000 recrutements en Europe. Mais quel sera le profil de ces employés ? Les métiers du numérique, ce n’est pas un secret, ne sont en effet pas un exemple de diversité. “Le secteur de l’intelligence artificielle est aussi masculin qu’un bar des sports le soir d’un match de Ligue 1”, écrivaient les chercheuses en microbiologie Aude Bernheim et Flora Vincent dans leur ouvrage L’intelligence artificielle, pas sans elles ! (2019).

Dans les métiers du machine learning en particulier, c’est maintenant qu’il faut agir pour mieux intégrer l’apport des femmes dans la création des algorithmes support au développement de l’intelligence artificielle.

 

Comment le machine learning hérite de nos biais

 

Le machine learning, ou apprentissage automatique en français, est une technologie d’intelligence artificielle permettant aux machines d’apprendre à partir de données.

Les cas d’usage de l’apprentissage automatique sont innombrables : santé, communication, tourisme, logistique ou médias, le machine learning peut permettre l’aide à la décision, proposer des recommandations ou faire de la reconnaissance d’images et de sons, entre autres.

Pourtant, en dépit de son utilité, l’un des principaux défis du machine learning est la présence de biais dans ses prédictions et classifications. Le machine learning apprend des données qu’on lui donne et peut ainsi reproduire les biais de ses développeurs. Biais de genre, raciaux, économiques ou sociétaux : les algorithmes souffrent du manque de mixité dans les équipes de développement.

Selon The Alan Turing Institute, seuls 22 % des professionnels de l’intelligence artificielle dans le monde sont des femmes. La question du genre, parmi d’autres, est donc centrale pour introduire l’apprentissage de la notion d’égalité dans les systèmes d’intelligence artificielle de demain.

Il y a eu des travaux qui avaient créé une IA qui était censée faire des propositions de salaires pour entrer dans une entreprise et l’algorithme avait systématiquement tendance à proposer des salaires plus bas aux femmes (…). La raison essentielle, c’est que l’algorithme ne fait que reproduire les réalités et apprend sur les bases de données”, explique Flora Vincent dans une interview pour UNSA Education. “L’algorithme devient sexiste parce qu’il reproduit l’inégalité déjà présente”.

 

Le futur de l’IA appartient aux femmes

 

La bonne nouvelle, c’est qu’il existe des solutions, malgré le retard pris en matière d’égalité dans les métiers du numérique et plus particulièrement du machine learning. La première, c’est évidemment l’éducation. Le Laboratoire de l’Égalité, dans son “Pacte pour une intelligence artificielle égalitaire”, liste une série de recommandations pour développer la présence des femmes dans les métiers du développement de l’IA.

La formation des conseillers d’orientation à ces métiers – techniques ou concernant les multiples interfaces où l’intelligence artificielle est utilisée – pourrait ouvrir la vision des jeunes filles et femmes aux opportunités qui s’offrent à elles dans les sciences informatiques, techniques, graphiques, etc. Le Laboratoire note aussi l’incitation à choisir la spécialité “numérique et sciences informatiques” au lycée, l’apprentissage du code ou des conditions d’accueil plus inclusives dans les filières technologiques.

On retrouve également, en France et à l’étranger, de nombreuses initiatives pour changer la donne. Comme StartHer ou Women in AI, deux associations qui visent à promouvoir la présence des femmes dans les vastes métiers de l’intelligence artificielle, notamment en élargissant l’écosystème d’information à ce sujet. Première communauté internationale de femmes expertes en la matière, avec 1 600 membres dans 80 pays, l’ONG Women in AI cherche aussi bien à éduquer les jeunes et moins jeunes qu’à élargir l’écosystème d’information des femmes sur les domaines de l’IA.

 

Financer les entreprises innovantes créées par des femmes

 

Aux côtés de l’éducation, le soutien, notamment financier, aux entreprises innovantes créées par des femmes apparaît comme une nécessité. En France, par exemple, l’objectif premier du collectif SISTA, fondé par 22 cheffes d’entreprises, dirigeantes et investisseuses, est que 10 % des levées de fonds dans le pays soient dédiées à des start-up fondées par des femmes. Aujourd’hui, seules 2,6 % des entreprises financées par des fonds sont dirigées par des femmes.

Au-delà des chiffres, “les femmes doivent, autant que les hommes, être parties prenantes dans l’élaboration des usages, biens et services qui définiront le monde de demain”, constate le site officiel de SISTA. Une intelligence artificielle développée par des équipes mixtes et sans biais, dans un écosystème entrepreneurial plus ouvert, pourrait ainsi aider à lever les biais et stéréotypes dans notre société. La bonne nouvelle est que nous disposons de tous les moyens pour agir dès aujourd’hui.

 

Et toi Orange, tu fais quoi ?

Nous ouvrons le Village #HelloWomen le 1er décembre à Paris à l’Elysée Montmartre*, de 14h à 18h

Nous avons choisi un évènement au format « Village » pour favoriser les échanges, rencontres, expérimentations pratiques et permettre à chaque visiteuse de constituer son réseau de soutien et de repères professionnels

Il est articulé autour de 4 quartiers, symboliques des temps forts d’une carrière professionnelle, avec une vingtaine d’animations

  • Quartier SENSIBILISER :  conçu pour les curieuses qui ne savent pas si les métiers de la technique et du numérique pourraient les intéresser !
  • Quartier IDENTIFIER :  : élaboré sur mesure pour celles qui voudraient être accompagnées pour franchir le pas.
  • Quartier FIDELISER :  pour s’épanouir durablement avec un équilibre pro-perso sur mesure à tout moment !
  • Quartier SE RECONVERTIR :  pour se forger un nouvel horizon, accessible et concret !

Totalement gratuit et ouvert à tous, le Village Hello Women propose une expérience pensée pour les femmes et les jeunes filles de tout horizon.

Pour tout découvrir sur Orange Jobs

Pour vous inscrire au village #HelloWomen

* 72 boulevard Marguerite de Rochechouart, 75018 Paris, métro Anvers ligne 2