Arnaques “Ping Call” : de faux appels pour une addition salée

Publié le : 12-02-2021

#securitenumerique Sécurité

Le téléphone sonne... Mais votre correspondant n’affiche pas son identité, et rappeler ce dernier peut vous coûter cher. On vous explique les coulisses de cette arnaque téléphonique plus que jamais d’actualité.

Jan Håkan Dahlström by Plainpicture
Jan Håkan Dahlström by Plainpicture
Jan Håkan Dahlström by Plainpicture

Un beau matin, vous vous réveillez et observez sur votre portable un numéro inconnu au bataillon qui a cherché à vous joindre. Intrigué ou alerté, il pourrait très bien s’agir d’un proche, vous décidez donc de rappeler ce mystérieux interlocuteur. À l’autre bout du fil plusieurs scénarios se profilent alors : absence totale de réponse, mise en attente qui s’étire étrangement dans le temps ou encore coup de bluff orchestré pour un soi-disant lot gagné…. Dans tous les cas, la surtaxe vous est imposée sans crier gare. Bien que les malfaiteurs ne visent pas forcément une cible d’âge bien précise, ce sont malheureusement les seniors qui se hissent sur le podium des arnaqués au ping call. 

 

 

Les personnes vulnérables ciblées en priorité

 

Cas extrême et pourtant représentatif, en 2019 une retraitée bretonne apprend par le biais de son combiné qu’elle aurait gagné la coquette somme de 1 500 euros. Ayant mordu à l’hameçon de l’arnaque, la senior aurait patienté durant huit heures d’affilée au bout du fil, pour finalement ne jamais recevoir ladite somme mais une facture téléphonique juteuse s’élevant à 380 euros, rien que ça ! « Ce n’est pas nouveau, mais d’une telle ampleur, c’est-à-dire huit heures au téléphone, c’est exceptionnel. Elle a été renvoyée de numéros en numéros, avec beaucoup de temps d’attente, et surtout des appels surtaxés » confie le Chef de police du commissariat de Saint-Malo en charge de l’enquête à Ouest France, avant d’ajouter : « Les escrocs ont abusé de sa faiblesse, et ils ont beaucoup baratiné. Elle est restée au téléphone jusqu’à l’épuisement ».  

 

 

Bien que la combine ne date pas d’hier, le ping call semble avoir fait son beurre sur le dos de la crise sanitaire. C’est d’ailleurs le gouvernement en personne qui a donné l’alerte de cette recrudescence en ce début d’année : « La technique existe depuis plusieurs années mais les escrocs utilisent de nouvelles ruses pour vous inciter à rappeler les numéros surtaxés. Pour ne pas susciter la méfiance de leurs victimes, ces escrocs passent désormais leurs appels depuis des numéros en 01, 02, 04 etc… plutôt que des 0 899″ indique le ministère de l’Intérieur. Bien cachés, les escrocs s’assurent d’une ruse à la parfaite illusion. 

 

Dernière ruse en date et pas des moindres, des arnaqueurs se serviraient du coronavirus pour donner de nouveaux contours au ping call. Se faisant passer pour des soignants ou des personnes travaillant en mairie, les malfaiteurs proposeraient au bout du fil des rendez-vous de vaccination parfois même à domicile. Une entourloupe touchant encore une fois une majorité de personnes âgées rappelant ces numéros surtaxés, ou encore tombant dans le panneau d’un paiement d’un acte médical en carton… 

 

 

Apprendre à identifier un appel frauduleux

 

Le ping call, véritable jeu de ping-pong, peut s’articuler de deux manières. Soit vous vous retrouvez taxé au moment T de l’appel, soit la taxation s’effectue à la minute, au temps passé. Un compteur qui peut donc coûter 3 euros à l’appel ou bien s’organiser comme un coût proportionnel à la durée de communication, soit 1,35 euro l’appel puis 34 centimes la minute. Ces numéros de Services à Valeur Ajoutée (SVA) se détectent de la manière suivante : 

 

  • – les « numéros spéciaux »  à dix chiffres : ils commencent par 08.
  • – les « numéros courts » à six chiffres : ils commencent par 118.
  • – les « numéros courts » à quatre chiffres : ils commencent par 10 ou 3.

 

Si aujourd’hui les esprits malveillants utilisent des numéros de téléphone « plus classiques » pour vous rediriger par la suite sur ces numéros surtaxés, plusieurs pistes peuvent tout de même vous mettre la puce à l’oreille et vous permettre d’éviter de vous faire piéger : 

 

  • – Le numéro inconnu ne vous a pas laissé de message après un appel manqué.  
  • – Ce même numéro vous rappelle régulièrement. 
  • – L’appel est très court et cela ne vous a pas forcément laissé le temps de décrocher.  
  • – Vous décrochez, personne au bout du fil ou un message très évasif.
  • – On vous confirme que vous venez de gagner un bon d’achat d’une somme alléchante mais vous devez patienter durant un bon moment, ou bien l’on transfère votre appel de numéros surtaxés en numéros surtaxés.  

 

Comment stopper un numéro “toxique” ? 

 

Contactez l’annuaire inversé des numéros SVA. Le site infosva.org a été mis en ligne en 2015 suite à la réorganisation et à la réforme de ces fameux numéros surtaxés par l’ARCEP (Autorité de Régulation des Télécoms). Combien coûte un numéro ? À qui appartient ce numéro ? Cet outil simple d’utilisation vous permet de remonter le fil d’un appel vous paraissant suspect commençant par 10, 6 ou 4 chiffres. Pour ce faire, tapez ledit numéro dans la barre de recherche consacrée, indiquez en option la date à laquelle ce numéro vous a contacté puis validez votre recherche. Si le numéro est listé vous trouverez les informations suivantes :

 

  • – Le nom du service commercial accessible par le biais du numéro.
  • – Une description du service : relation client, édition de contenus automatisée, jeux, services de renseignements téléphoniques, par exemple.
  • – L’identité du fournisseur du service.
  • – Un point de contact du fournisseur du service, qui peut être un numéro de téléphone, une adresse email ou encore une adresse postale.

 

Dénoncez un SMS douteux au 33 700. Sur votre écran apparaît un message qui vous fait froncer les sourcils. Vous êtes invité à rappeler de toute urgence un numéro car vous avez gagné le gros lot ? Signalez ce numéro à la plateforme de lutte contre les spams vocaux et SMS. Un simple signalement en ligne enclenchera la procédure de vérification nécessaire auprès des opérateurs téléphoniques qui bloqueront ce numéro s’il s’avère de nature frauduleuse. 

 

Et toi Orange, tu fais quoi ?

 

Pour protéger au mieux ses utilisateurs, Orange a mis en place un service unique pour lutter contre ces appels malveillants et autres spams : Orange Téléphone

 

 

Questions à Frank Derville, Directeur du programme Orange Téléphone : 

 

Comment le projet Orange Téléphone est-il né  ? 

 

Google a donné la possibilité de proposer une alternative à l’application qui permet de passer les appels sur Android. Suite à cette annonce, on s’est demandé ce que les clients attendaient vraiment de ce type d’application. Constat, une des douleurs majeures de nos clients justement, c’était ces fameux appels de démarchage et d’arnaque. 50 % de gens en moyenne reçoivent fréquemment des spams. On est alors arrivé à mettre en place un anti-spam de première catégorie sur Orange Téléphone. 

 

Sur l’App Store le fonctionnement diffère ? 

 

Effectivement, Apple ne permet pas de remplacer cette application. Nous avons donc mis en place une sorte de plugin pour ces smartphones et à chacun de vos appels une petite icône s’affiche, qu’un libellé en dessous du numéro de téléphone indiqué « appel possiblement malveillant » ou « possible démarchage ». 

 

Orange Téléphone propose donc une sorte de mise en garde avant un appel, quels sont les autres services offerts par la plateforme  ? 

 

Orange Téléphone a plusieurs options supplémentaires comme par exemple des informations sur le prix des appels, les éventuelles surtaxes, ou encore votre dépense en temps réel pour un appel. L’application vous permet d’accéder directement à un annuaire inversé, sur Android cela va même jusqu’à afficher directement le nom de la personne ou de l’entreprise qui vous appelle. Pour finir, certains appels satellitaires ou en provenance de l’étranger peuvent être aussi dénoncés par nos services. 

 

Orange Téléphone permet désormais de se prémunir également des appels frauduleux sur nos téléphones fixes ? 

 

Certains de nos clients reçoivent plus de 200 appels de spams par mois. Un chiffre colossal pour une gêne qui concerne surtout les appels sur des téléphones fixes. On estime qu’il y a quatre fois plus de spams sur les fixes que sur les mobiles. Nous avons donc décidé de robotiser ce système permettant de bloquer les numéros en créant début février « Stop Secret », un service à deux euros par mois vous permettant de filtrer les appels anonymes mais aussi de freiner les  cas d’usurpation de numéro.