Chantage à la webcam : comment réagir ?

Publié le : 07-11-2022

#conseilsetastuces Sécurité

Un escroc vous menace de publier des vidéos compromettantes de vous ? Surtout, ne répondez pas à ses demandes : on vous explique comment bien réagir au chantage à la webcam.

Chaque année, cette arnaque touche des milliers de personnes. Le chantage à la webcam est une escroquerie très fréquente et assez simple dans le texte. L’arnaqueur lance la conversation sur les réseaux sociaux, en se faisant passer pour une autre personne et en laissant penser qu’il souhaite une relation amoureuse ou sexuelle avec vous.

Après la mise en confiance, elle demande de vous voir en webcam et peut parfois demander à ce que vous vous dénudiez face à la caméra. L’arnaqueur va ensuite enregistrer la vidéo ou les photos et s’en servir contre vous. Une fois ces images récupérées, s’en suivra un chantage, l’escroc menaçant d’envoyer cette vidéo à vos proches si vous ne lui faites pas parvenir de l’argent.

Mais pas de panique, on vous explique comment vous en prémunir, ou comment réagir si vous en êtes victime.

 


Le chantage à la webcam a toujours été une escroquerie majeure mais elle est revenue en force pendant le premier confinement.


 

Comment se prémunir contre le chantage à la webcam ?

👉 Ne pas parler aux inconnus. Charles Perrault et son Petit Chaperon rouge ont tout de contemporain : encore aujourd’hui – et c’est certainement plus vrai encore avec internet – parler à un inconnu a peu de chances d’aboutir sur un « ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants ».

👉 Méfiez-vous systématiquement si un inconnu vous contacte sur internet, et ne répondez que si vous le connaissez. Et si vous avez des amis en commun, ça ne coûte rien de demander à votre connaissance commune qui est cette personne !

👉 Paramétrer vos réseaux sociaux. Pour empêcher d’être la cible de ce genre d’arnaques, le plus simple reste encore d’avoir un compte privé. Ainsi, seuls vos amis pourront vous contacter. Pour cela, rendez-vous dans les paramètres de vos réseaux sociaux, du côté des réglages de confidentialité.

👉 Prendre ses précautions sur internet. Ne vous rendez pas sur des sites illicites ou peu sûrs et ne cliquez pas sur des liens ou des images dont vous ne connaissez pas la provenance. Ces éléments sont des portes d’entrée vers le piratage de vos données et de vos réseaux sociaux.

👉 Couvrir votre webcam. L’astuce peut sembler bien artisanale, mais elle a fait ses preuves. Même le patron de Facebook l’utilise ! Un bout d’adhésif et une feuille de papier peuvent régler bien des problèmes, d’autant plus que personne n’est non plus à l’abri d’un piratage de webcam. Et vous pourrez toujours détacher votre bouclier visuel quand vous êtes en communication avec des personnes de confiance !

 


Vous pouvez aussi recevoir parfois des emails de ce type indiquant que l’escroc possède des images ou des vidéos de vous compromettantes. Ne répondez pas, il s’agit du même stratagème.


 

Je suis victime de chantage à la webcam, que faire ?

Il est déjà trop tard ? Vous tombez sur cet article alors qu’un maître-chanteur vous menace de diffuser votre vidéo ? Pas de panique, voici les réflexes à avoir.

👉 Ne pas culpabiliser. Vous n’avez aucune raison de vous en vouloir ou d’avoir honte. La faute est uniquement à mettre sur l’arnaqueur qui s’est joué de vous. En prendre conscience, c’est faire une grande partie du chemin pour arranger les choses.

👉 Ne pas répondre. Rien ne sert de répondre à l’escroc, que ce soit sur le coup de la colère ou de la peur. Ne lui donnez pas d’informations ou de données personnelles, et ne cédez pas à sa demande. Cela pourrait n’être que le début de chantages de plus en plus poussés.

👉 Verrouiller vos réseaux sociaux. L’un des principaux de leviers de chantage de ces arnaqueurs reste la communication de la vidéo ou des photos à vos proches. Pour éviter qu’il ne puisse leur envoyer, verrouiller vos réseaux sociaux. Il n’a peut-être pas eu le temps de récupérer cette information.

👉 Maintenir une veille sur votre nom. Il existe un moyen assez simple de savoir si une personne publie un contenu avec votre nom sur internet. Il s’agit de l’outil de Google « Google Alert ». Si vous vous y inscrivez, vous recevrez une notification dès qu’une publication avec votre patronyme (ou n’importe quel mot ou expression que vous choisissez) sera faite sur internet. Pour vous inscrire, cliquez ici.

👉 En parler. C’est certainement le premier réflexe à avoir. Même si vous avez honte d’avoir été dupé, le plus important est d’en parler avec un proche, un parent ou une plateforme dédiée, qui sauront vous aider à traverser la tempête.

Ces échanges peuvent constituer un soutien émotionnel, mais vont aussi servir à les prévenir qu’un escroc va peut-être les contacter pour leur donner un accès à la vidéo. Prévenez-leur pour qu’ils n’ouvrent pas le lien et qu’ils ne se fassent pas eux-mêmes avoir par l’escroc.

Si vous êtes mineur, vous pouvez joindre le 3018, service gratuit et anonyme, disponible 6j/7 de 9h à 20h.

 

👉 Porter plainte. Conservez des preuves comme des captures d’écran de votre échange pour pouvoir porter plainte. Vous pouvez effectuer un signalement sur www.internet-signalement.gouv.fr. en fournissant les preuves de l’escroquerie.

 

La vidéo est publiée, comment réagir ?

Si la vidéo est publiée, votre objectif va être de la faire disparaître d’internet. Pour cela, vous avez deux outils.

👉 Signaler la vidéo sur la plateforme sur laquelle elle a été publiée. Pour que le contenu soit retiré du site sur lequel il a été publié, il va falloir en faire la demande sur le site. Cliquez sur le nom du site ci-après pour en savoir plus : Youtube, Facebook, Instagram, Twitter, Snapchat ouTiktok.

👉 Demander à ce que la vidéo soit déréférencée. Cela va permettre de faire disparaitre cette vidéo des résultats de moteurs de recherche comme Google. Pour en savoir, cliquez ici.

Dans les deux cas, si les plateformes ne répondent pas à votre demande, vous avez la possibilité de porter plainte auprès de la CNIL (la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés) au travers d’un formulaire disponible en cliquant ici.