Tous les arguments pour que vos parents arrêtent de se prendre en selfie

#pratiquesnumeriques Vie pro

HUMEUR - Ils sont insupportables et passent leur temps la bouche en bisou devant leur portable en mode reverse. Problème : impossible de les envoyer dans leur chambre ou de leur couper le WIFI, puisqu’eux, ce sont les parents. Quels arguments pour leur faire arrêter les selfies ? Florilège.

Photo by Steve Gale on Unsplash
Photo by Steve Gale on Unsplash
Photo by Steve Gale on Unsplash

Parce que c’est une maladie mentale. Rappelez à vos chers parents que l’addiction au selfie porte un nom : « selfitis » selon une étude publiée en 2017 par l’International Journal of Mental Health and Addiction. Ça serait tout de même ballot de finir chez le médecin.

Parce que ça tue littéralement sa mère. Entre 2011 et 2017, 259 personnes sont décédées en voulant se prendre en photo. C’est cinq fois plus que des attaques de requins. A-t-on vraiment envie de mourir pour un selfie ?

Parce que le selfie grossit votre nez. Il apparaît 30% plus large qu’il ne l’est vraiment, selon une étude publiée dans la revue médicale JAMA Facial Plastic Surgery. Et ce n’est pas sans conséquence. Boris Paskhover, un chirurgien plastique du New Jersey, a ainsi affirmé dans une interview donnée à Vox que ses patients venaient se faire opérer le nez… pour faire de meilleurs selfies.

 

Parce que c’est fini oui, cette crise d’ado digitale ! Hein bon, faut arrêter maintenant.

Parce que les selfies ont un impact sur la vie sexuelle. Selon la psychologue néerlandaise Christyntjes Van Gallagher, les accros aux selfies qui en publient plus de 45 par mois, ont une vie sexuelle moins épanouie. Ce serait même un appel de détresse face à l’abandon sexuel. Gloups !

Parce que Paris Hilton n’en démord pas : c’est elle, selon elle, qui a inventé le selfie avec Britney Spears.

Sauf que Madonna, George Harrison ou Jackie Kennedy se sont tirés le portrait bien avant. Quel modèle voulez-vous donner à vos enfants ?

Parce que Facebook et les selfies, c’est (un peu) pour les vieux. Pour preuve, faites le test : aucune personne née après 95 n’en a entendu parler. Selon une étude eMarketer, le réseau a perdu 9,3 % d’utilisateurs en 2019 sur la tranche d’âge 12-17 ans. Où sont-ils passés ? Sur SnapChat, Twitter ou Instagram et Tiktok.

Parce que même Barack Obama, le président le plus swag de toute l’histoire des présidents américains, a décidé de faire grève du selfie. Ses raisons ? Avoir de vrais contacts avec les gens qui viennent lui parler. En parlant, par exemple.

Parce que – Grand dieu ! – plus personne ne séduit personne avec un selfie. « Non P’pa, tu vas pas pécho sur Meetic avec une duck face. Tente plutôt le chaton mignon ». A bon entendeur.

Parce qu’on peut placer « selfie » au Scrabble depuis 2014. Mais si un « mot compte triple », est-il encore vraiment dans le coup ?