A votre avis, qui sont les champions du monde de l’émoji cœur ❤️ ?

#pratiquesnumeriques Vie perso

Vous les pensez futiles ou mignons, tout au plus. Détrompez-vous. Les émojis sont un marqueur fort d'émotions dans nos communications. Et, cocorico, nous portons haut notre réputation de pays de l'amour, puisque nous sommes les premiers utilisateurs au monde d'émojis cœur 😊

Photo by Lidya Nada on Unsplash
Photo by Lidya Nada on Unsplash
Photo by Lidya Nada on Unsplash

La France, le pays de l’amour ? Oui, et même par clavier interposé. Car vous ne le saviez peut-être pas, mais les Français utilisent quatre fois plus l’émoji cœur que n’importe quel pays du monde, selon un rapport de l’éditeur de clavier de téléphone SwiftKey. L’info n’est pas nouvelle, mais elle en dit long sur notre identité textuelle. Car la manière dont nous utilisons ces petits icônes nous apprend beaucoup sur notre nationalité, notre personnalité et détermine tout bonnement la manière dont nous communiquons.

Si vous êtes un peu dubitatif sur la portée politique du smiley, sachez que l’éditeur de clavier de téléphone SwiftKey (le premier à proposer des emojis au sein de son application) a analysé plus d’un milliard d’émojis pour comprendre comment ils étaient utilisés dans seize différentes langues. Alors que les Français tiennent leur réputation de lovers, les australiens eux, utilisent majoritairement des emojis liés à la « débauche » (alcool, drogue, vacances…) et les plantes et fleurs sont utilisées quatre fois plus que la moyenne par les populations arabes.

L’usage dépend aussi du sexe. Une étude de Brandwatch a révélé que l’on n’utilisait pas les émojis de la même manière selon que l’on est une femme ou un homme. Par exemple, les utilisatrices préfèrent les cœurs rouges ❤️ et mauves 💜, les yeux au ciel 🙄, le visage assoupi 😴 et le sourire tête à l’envers 🙃. Alors que les hommes utilisent massivement le regard en coin 👀, les lunettes de soleil 😎, la moue sceptique🤔, le rire embarrassé 😅 et le sourire en coin😏.

La charge émotionnelle du bisou cœur

Vous prenez toujours à la légère les petits dessins (😘) qui ponctuent nos conversations ? Vous faites mal. Ils jouent un rôle fondamental dans la charge émotionnelle de la discussion. Par exemple, saviez-vous que ce joli cœur orange🧡 indique hélas, qu’on vous a « friendzoné ». Cœur vert 💚 : soit vous êtes vegan… soit vous êtes jaloux. Vous ne connaissez peut-être pas la signification des 3300 émojis (contraction de «e» pour image et « moji » pour lettre) nés dans les années 90, mais vous faites probablement partie de ceux qui en propulsent chaque jour quelques six milliards dans le monde.

Apparus comme d’inoffensifs petits dessins, ils sont devenus essentiels dans nos conversations virtuelles. Au point de déclencher d’intenses campagnes de lobbying comme celle menée par la Suisse pour faire entrer l’emoji fondue dans le saint des saints (tandis que la raclette avait été refusée ! ) comprendre, la liste officielle Unicode. Certains ont une visée politique (comme l’émoji drapeau LGBT), d’autres ont parfois fait pencher la balance au tribunal qui examinait des messages et des émojis… Les émoticônes sont devenus un véritable alphabet et rassemblent un panel complet d’émotions. Au point que les trois quarts des 16-65 ans disent ne plus pouvoir s’en passer.

 

Transposer les non-dits en émojis

Alors qu’en 2015, Barack Obama, Nicolas Sarkozy et Julie Bishop, la ministre australienne des Affaires étrangères se sont volontiers prêté au jeu de l’interview émoji par Buzzfeed, plus récemment, deux journalistes de la revue L’ADN ont tenté l’expérience inverse, à savoir se passer des émojis pendant un mois. Lisa, l’une des deux, a tout bonnement « déprimée » dès la première semaine. Pendant que les amis du second se sont demandés sérieusement s’il ne faisait pas la tête.

Une réaction tout à fait normal, selon la spécialiste de linguistique informatique à l’université Montpellier-III, qui travaille sur l’usage des émojis dans les SMS, Rachel Panckhurst, interrogée par Le Journal du Dimanche, ils séduisent par leur « dimension ludique et affective qui adoucit les échanges écrits, souvent vécus de façon abrupte. Avec des regards, des gestes, des intonations faciales, les émojis injectent de l’émotion dans le discours numérique déshumanisé ».

Selon Chloé Léonardon, doctorante en sciences du langage au laboratoire MoDyCo de l’Université Paris Nanterre, « on est passé dans l’ère de la conversation écrite instantanée. C’est un format écrit, mais qui a les caractéristiques de l’oralité », explique-t-elle. Nous passons notre vie à textoter plutôt qu’à nous parler. Nous avons donc remplacé ce qui nous manque (le fameux langage non verbal) par des émojis. « À l’oral, nos phrases ne sont pas bien découpées, on devine les fins de phrase, mais ce n’est pas si net que ça. »

Lost in translation

Allons nous finir par nous parler par tomate, patate et aubergine interposées ou apprendre l’émoji dans la primaire ? Non, car « les emojis ne sont pas un langage », dixit le magazine Wired. Elle n’appauvriront pas non plus notre langue, selon les spécialistes. « La peur de l’appauvrissement linguistique liée aux émoticônes est infondée, le risque n’existe pas : les émojis sont là pour une bonne raison, ramener le geste de l’oral à l’écrit, et cela ne va pas remplacer les mots », explique Pierre Halté, docteur en sciences du langage, à Numérama.

Ce qu’il faut retenir…

-Un émoji donne une tonalité à vos message. Cela indique comment le comprendre.

-Une critique peut-être atténuée par un emoji rire ou clin d’oeil.

  • -Certains émojis comme 🤘🏼 n’ont pas le même sens en fonction des pays, donc on prend garde lorsque l’on compose un message international.

-Pour ceux qui ont l’émojite aïgue… Il faut savoir les utiliser à bon escient 😉 Un émoji seule peut s’avérer parfois un peu direct (par exemple nous déconseillons ce message pour une demande d’augmentation 💰🤑)

-Et pour rappel, une succession de frimousses ne créent pas une phrase… 😏👏💯👍