Les femmes ne représentent que 18% des biographies sur Wikipedia et ça va changer !

#Inclusiondigitale Vie perso

Comment rendre les femmes plus visibles sur Internet ? En écrivant leur bio dans Wikipedia

Photo by Austrian National Library on Unsplash
Photo by Austrian National Library on Unsplash
Photo by Austrian National Library on Unsplash

En 2018, Donna Strickland gagne le prix Nobel de physique.  A l’époque, Wikipédia, plus vaste encyclopédie en ligne au monde, ne sait même pas qu’elle existe, tandis qu’une page est bien dédiée à son collègue masculin. Stupeur et tremblement au pays du savoir en ligne, qui finira par arracher à son fondateur, Jimmy Wales : « c’est l’une des choses qui doit changer sur Wikipedia ».

Les femmes ne représentent que 18% des biographies sur Wikipedia. C’est grave docteur ? Oui, car le diagnostic des inégalités hommes-femmes à l’approche de la Journée internationale des femmes le 8 mars, n’est pas terrible terrible. Par exemple, sur l’encyclopédie en ligne, seules 280.000 biographies sont des femmes sur les 1,5 million de profils. Alors, pour donner aux femmes plus de visibilité, le média belge RTBF s’allie à Wikipedia pour un « Wikithon ». Baptisé « Hack the gender gap » (pirate l’écart entre les sexes, en français), l’événement s’inspire des hackathons. Lors de ces événements de 24 à 48h le plus souvent, des spécialistes se réunissent pour travailler ensemble sur un projet autour de la création numérique. Et cette fois-ci, le but est de rédiger et d’intégrer 100 biographies de femmes. L’événement aura lieu à Bruxelles de 7h à 22H le 5 mars, si l’envie vous venait d’y participer.

Ce hackathon a été inspiré par la scientifique Jass Wade, aux Etats-Unis. Elle a créé en une année 450 profils de femmes, à elle seule. Et oui, quand on veut, on peut !

 

Wikipedia, pour nous, les hommes

« On a commencé cette initiative en partant d’un constat, d’une liste des 50 femmes les plus influentes dans le secteur des technologies, une liste qui avait été élaborée par le magazine américain Forbes, et dans cette liste des 50 femmes, il y en avait 70% qui n’avaient pas de page Wikipédia, alors que c’était des femmes qui avaient des start-up, qui avaient levé des millions de dollars, etc. », explique Manon Brulard, co-organisatrice du wikithon. Comment expliquer cet écart sur l’encyclopédie en ligne ? Selon Manon Brulard, la plateforme compte 90% de contributeurs contre seulement 10% de contributrices. « Ça a par exemple créé des conséquences assez intéressantes, comme le fait d’avoir beaucoup d’articles sur du football, ou beaucoup d’articles sur des sujets qui vont évidemment intéresser des hommes, mais moins d’articles sur des scientifiques femmes ».

Interrogée en 2016, la sociologue Josiane Jouët, explique la différence par « une barrière sociologique forte ». Elle affirme même qu’à l’image de la Silicon Valley « extrêmement masculine », les femmes se heurtent à des réactions virulentes des premiers contributeurs. « Beaucoup d’entre elles redoutent et fuient le conflit. La communauté Wikipédia est constituée d’habitués qui n’aiment pas les novices. Ils font beaucoup de remarques, de corrections et de critiques qui sont vécues comme des agressions par les femmes, beaucoup plus que par les hommes », explique-t-elle.

Wikipedia, consciente du problème fait des efforts pour élever le taux des plumes féminines. En 2015 déjà, des « éditathons » se sont tenus dans 70 villes du monde dont New York, Berlin ou Amsterdam.

Attention aux biais de genre dans les biographies

La sous représentation féminine n’est pas le seul problème présent sur l’encyclopédie. La façon dont sont décrites les hommes et les femmes diffèrent. Déjà en 2015, une étude allemande notait que Wikipedia n’utilisait pas les mêmes mots pour parler des hommes et des femmes. Concrètement, pour la gent féminine, on  parle « mariage », « divorce », « enfant » ou « famille ».

Alors, parler des femmes, c’est bien. En parler correctement, c’est mieux. L’organisatrice de l’événement rappelle qu’il ne faut pas décrire une femme par « XXX est la femme de… », mais par « XXX est la personne qui a fait ça ». Une précision évidente, mais qui n’a pas toujours été la norme. Pendant longtemps, Marie Curie a été désignée comme étant la « femme de ». L’organisatrice affirme qu’il suffit d’une demie-heure pour créer une biographie, puis la communauté choisit de l’enrichir. A vos claviers ?

N’hésitez pas à suggérer des bios de femmes !