Internet nous empêche-t-il de dormir ?

Publié le : 12-03-2020

#deconnexion Santé

A l’occasion de la Journée internationale du sommeil, on fait le bilan de la qualité de nos nuits. Et ce n’est pas brillant brillant côté écrans.

Incroyable mais vrai : nous passons un tiers de notre vie à dormir. Cette info a de fortes chances d’impacter l’achat de votre oreiller à plumes. Mais pas seulement. Car oui, nous roupillons beaucoup, mais de moins en moins et de moins en moins bien. Pour preuve, ⅓ d’entre nous n’est pas satisfait de la qualité de son sommeil. Et pour cause, selon une étude de Santé Publique France, les Français dorment en moyenne 6 heures et 42 minutes. Soit une heure de moins qu’il y a 50 ans. C’est bien en-dessous des recommandations de l’OMS, à savoir entre 7 et 9 heures, pour bénéficier des effets physiologiques régénérateurs. Et le manque de sommeil est loin d’être anodin et peut entraîner des conséquences dramatiques : augmentation des risques d’infarctus, AVC, hypertension et obésité. Alors, qui veut la peau de notre repos ?

 

 

Fini la siesta !

Les spécialistes sont nombreux à incriminer les écrans. Des chercheurs italiens se sont penchés sur la question et ont établi un lien entre l’essor d’Internet et la détérioration de la qualité du sommeil. D’autres études ont aussi prouvé que la surexposition pouvait affecter l’horloge cérébrale et agir sur la mélatonine, l’hormone du sommeil. Sauf qu’on est mal parti, parce que 9 Français sur 10 consultent Internet tous les soirs pour lire leurs mails, chercher une info ou scroller les réseaux. 20% des Français laissent leurs smartphones allumés lorsqu’ils dorment, raison pour laquelle 50% d’entre eux sont réveillés… par un message.

A cela s’ajoute la déferlante des séries – on vous voit regarder GoT depuis la première saison – qui grignote votre temps de repos. Les technologies ont un tel impact sur notre sommeil qu’elles modifient même les traditions. Chez les Espagnols, pourtant mondialement connus pour la siesta, seuls 16% affirment encore la pratiquer, selon une enquête.

Pour rendre leurs sommeils à leur congénères, deux créatifs castillans ont même imaginé « Napflix », le Netflix de la sieste, où seules sont diffusées des vidéos soporifiques pour aider à s’assoupir. Le site était évidemment une blague, mais l’initiative en dit long sur notre incapacité à nous reposer. 

 

Attention danger pour les jeunes

Le manque de sommeil est particulièrement problématique chez les plus jeunes. Chez les petits, il affecte l’apprentissage de la lecture et du langage. Chez l’ado, selon l’Institut National du Sommeil et de la Vigilance, le manque de sommeil diminue la matière grise. Sauf que les jeunes font de la résistance. « Seul un ado sur dix va au lit… pour dormir. Et huit sur dix y vont pour engager une activité sur écran. »

Et quitte à ne pas dormir, essayez de gagner de l’argent avec. Sur TikTok, le réseau social des très jeunes, on peut être rémunéré si l’on se filme en train de dormir ! Une histoire publiée par le New York Times raconte que Brian Hectore, un jeune homme de 18 ans a réussi à gagner un total, certes modeste, de dix dollars grâce aux dons des followers qui ont apprécié ses ronflements.

 

Ce qu’il faut faire pour mieux dormir

 

  • On respecte un « couvre-feu digital » et on s’oblige à ne pas regarder un écran au moins 1h avant de se coucher. 

 

  • Plus le temps entre le dîner et le coucher est long, plus la satisfaction vis à vis du sommeil augmente. Donc on dîne tôt et on profite de sa soirée. 

 

  • On remplace les écrans par d’autres activités comme la lecture. 

 

  • On fait faire une cure de sept jours sans portable à son ado. Selon une étude reprise par The Guardian, c’est le temps de détox qu’il faudrait pour améliorer la qualité de sommeil de l’ado.