epicery, le marché trouve sa place

Publié le : 06-11-2020

#digitaldurable Vie perso

Le numérique est-il l'ennemi du petit commerce ? Non ! La preuve avec Edouard Morhange, président d'epicery, plateforme de livraison ultra-locale de produits frais.

Deepol / Plainpictures
Deepol / Plainpictures
Deepol / Plainpictures

Carottes bio, bar de ligne ou brie fermier… Avec epicery, il est possible de se faire livrer les meilleurs produits du marché directement chez soi. Alors que le reconfinement attise les polémiques entre petits commerces et vente sur internet, cette plateforme de produits frais, lancée en 2016 et disponible à Paris, Lyon, Bordeaux, Toulouse et Lille, s’impose comme la preuve que le numérique n’est pas l’ennemi du local, que le digital peut aider commerçants et artisans. Entretien avec Edouard Morhange, président d’epicery et grand ambassadeur du mieux manger.

Le reconfinement remet sur le devant de la scène l’opposition entre achat en ligne et commerce physique. Comment epicery se situe dans cette bataille ?

Nous pensons que le numérique fait partie de la solution et non pas du problème. Il est indispensable que les petits commerçants et artisans s’approprient ces outils numériques pour aller concurrencer la grande distribution avec des produits de meilleure qualité et un service finalement plus efficace. On a pu s’en rendre compte ce printemps. Lors des 6 semaines de confinement dur, epicery a honoré 100% de ses commandes dans la demi-journée quand les grandes plateformes rencontraient des problèmes logistiques dans cette situation inédite. Nos produits ne partent pas d’entrepôts très éloignés du centre mais des petits commerces qui sont à deux pas de chez vous… Il ne s’agit pas de remplacer le marché du week-end par de la commande Internet mais d’aider les gens qui ne peuvent pas se déplacer et de continuer à faire fonctionner le commerce de proximité.

Quel est le portrait-robot du client d’epicery ?

Auparavant, nous touchions essentiellement des jeunes familles. C’est l’étape de la vie où l’on commence à se mettre aux fourneaux et où l’on fait attention à ce qu’on achète pour les enfants. Quand on est étudiant, on ne cuisine pas de légumes frais. Le confinement nous a ouvert une clientèle plus âgée qui ne pouvait pas aller au marché.

Par ailleurs, le premier confinement a beaucoup poussé votre développement…

Effectivement ça a été un véritable accélérateur. On est passé de 500 commandes à plus de 6 000 par jour ! Cela a représenté trois ans de croissance concentré en quelques semaines. L’e-commerce alimentaire dans son ensemble, alors à la traine par rapport aux autres secteurs, a rattrapé son retard. Dans cette forte croissance, il est important que les petits commerces puissent se battre à armes égales avec les grandes plateformes.

 

Comment vous est venu l’idée d’epicery ?

En 2016, avec Marc Menasé et Elsa Hermal, les autres co-fondateurs d’epicery, nous constations que la livraison de nourriture sur le net se résumait à des pizzas, des sushis ou des burgers… On s’est demandé si ce modèle « marketplace » de Deliveroo pouvait s’adapter à des produits frais, non transformés, à consommer en famille autour d’une table et pas devant un écran dans une barquette en carton. On a été voir les commerçants et on a vu qu’ils avaient compris que, même si le numérique n’était pas leur point fort et qu’ils faisaient ce métier pour le contact humain avec les producteurs et les clients, ils étaient convaincus de l’absolue nécessité de proposer un service à des gens de plus en plus habitués à commander livres, chaussures ou produits de beauté sur Internet. Il faut être présent sur Internet sinon dans 10 ans il n’y aura plus de commerce de proximité.

 

 

Comment travaillez-vous avec les commerçants ?

En discutant avec les commerçants et les artisans, on a élaboré une plateforme adaptée aux besoins très particuliers du commerce d’aliments frais. epicery gère pour eux le développement de l’appli et du site, le marketing digital afin de remonter haut dans les moteurs de recherche et la logistique de livraison. On fait du click and collect mais quand la boutique se trouve à plus de 500m de chez vous, on sait que vous n’allez pas faire le détour. Nous nous sommes donc associés avec des livreurs à pied ou en vélo. La distance moyenne de livraison c’est 1,8 km. De leur côté, les commerçants doivent garantir la qualité irréprochable des produits livrés. On ne peut pas laisser penser aux clients que les produits au rabais sont mis dans les sacs de livraisons, sinon ils ne reviendront pas. Nos commerçants ont également des petites attentions comme un conseil sur la cuisson de la viande ou une recette.

Comment choisissez-vous les commerçants référencés ?

L’idée est de représenter la diversité des commerçants et les artisans d’un quartier, que la place du marché numérique soit le reflet d’une vraie place du marché depuis le maraicher avec les produits du quotidien, que le pâtissier renommé pour le bon gâteau d’anniversaire. Nous allons bientôt ouvrir à des fleuristes d’ailleurs. Ensuite nous avons opté pour une recommandation par des pairs. Par exemple, Arnaud Vanhamme, meilleur ouvrier de France poissonnier-écailler, nous conseille les poissonneries. Aujourd’hui il y a 750 commerçants et artisans sélectionnés sur ce principe sur epicery. Les remontées des clients permettent d’évaluer aussi les commerçants afin de maintenir notre standard de qualité. Il ne faut pas oublier que nous sommes en concurrence avec des acteurs extrêmement exigeants.

 

Les autres sites pour consommer local

Fraichy

Spécialisé dans la région de Montpellier et Toulouse, Fraichy permet de commander des produits frais de commerçants sélectionnés.

La Ruche Qui Dit Oui

Sorte d’AMAP 2.0, cette plateforme web met en relation producteurs ultralocaux et consommateurs via des « ruches » où venir retirer ses commandes. Depuis 2018, il est au possible aux clients parisiens de se faire livrer chez eux.

Mamie Paulette

Imaginée pendant le premier confinement par une couturière en chômage technique, cette place de marché se spécialise dans les artisans français. Pas de produits frais mais de l’épicerie fine, de la mode, des bijoux…