Confinement : 10 conseils qui peuvent vous aider à faire l’école à la maison sans trop stresser

#protectiondesenfants Vie perso

Témoignages de parents et bonnes idées pour apprendre à la maison dont l'école sur France 4 qui démarre en trombe avec un million de téléspectateurs

Photo by Allen Taylor on Unsplash
Photo by Allen Taylor on Unsplash
Photo by Allen Taylor on Unsplash

S’il n’y avait qu’UNE chose à retenir en ces temps perturbés, c’est qu’avant, quand les enfants partaient tous les matins, leurs cartables sur le dos, bref, avant « les enfants ne passaient déjà que 15% de leur temps éveillé à l’école », rappelle Guillemette Faure, co-auteure du livre Pourquoi les enfants de profs réussissent mieux

Donc, en comptant le nombre d’heures, les mercredis, les WE et les vacances, il s’avère que les enfants passaient déjà 85% de leur temps hors de l’école. « L’apprentissage à la maison a toujours été très important », rappelle la journaliste et « les parents surestiment souvent le rôle de la classe ».

Donc en clair, l’essentiel de l’apprentissage se passe depuis toujours entre nos chers bambins et nous. Forte responsabilité, surtout en ces temps confus.

Alors on rembobine et on prend tout ce qui peut nous aider à mieux traverser cette période de confinement.  Nous avons appelé des spécialistes et des parents pour partager ici une liste de conseils et de ressources. Et nous sommes preneurs des vôtres…sur Reporters.bienvivreledigital@Orange.com

 

1/ Ne pas vouloir faire l’école à tout prix

« Je ne suis pas instit…et au bout de trois jours à faire l’école à la maison, j’ai craqué » raconte Chantal, 39 ans, mère de deux filles en primaire à Versailles. Mieux vaut relâcher, que craquer. Alors pour tenir dans la durée, il faut organiser les conditions pour que les enfants étudient, sans ajouter du stress au stress. Et trouver son rythme. Chaque enfant a le sien et ce sera peut être l’occasion de le découvrir…

 

 

2/ Faire un emploi du temps journalier

Demander à l’enfant de faire son propre agenda, en signalant les activités incontournables. L’enfant réalise assez vite qu’il vaut mieux faire les choses ardues le matin et réserver les moments plus ludiques à l’après-midi. « Chez moi, le goûter avec les autres enfants de l’école à 16h30 tous les jours sur Whereby ( une plateforme de visioconférence) est fixe, tout comme l’appel aux grands parents en fin de journée. Ensuite, ma fille a des heures de cours à répartir », raconte Guillemette Faure. Les autres activités sont placées sur l’agenda tous les matins par sa fille de 9 ans.

3/ Profiter du quotidien pour apprendre des choses nouvelles

« Avec l’épidémie, on voit très vite comment on peut parler de la notion d’exponentiel, raconte Eric, informaticien à la maison depuis des années, donc rodé à faire de l’actu, un terrain d’exploration scolaire.» « On parle de tout, on pose des questions. Et quand je ne sais pas, on apprend ensemble », complète ce père de deux jeunes adolescents.

Pour Isa Lise, auteure du blog Apprendre avec bonheur interrogée sur France Inter, « On peut faire de la cuisine et aller chercher les origines des aliments. Travailler les mathématiques avec les proportions, mais aussi observer des oiseaux depuis son jardin ou son balcon et aller chercher dans des ouvrages ou sur Internet leur origine. Et à partir de cela, on peut aussi aller vers le français, les mathématiques, les sciences, la géographie… »

 

4/ Si on veut que l’enfant lise, on essaie de lire soi-même 

Plutôt que de l’envoyer lire une pile de classiques déposés à bon escient devant la porte de sa chambre, il est important de montrer soi-même l’exemple. En prenant un temps pour lire ensemble ou les uns à côté des autres ; ça marche aussi avec « arrête d’être sur ton portable »…

 

 

5/ Ne pas céder au réflexe du tout écran : mieux vaut parfois ne rien faire 

Laisser les enfants s’ennuyer. Un classique de la psychologie. Au départ, cela va être difficile. Puis, « ils vont trouver comment s’amuser. Et quand les parents ne sont pas loin, cela donne une sécurité mentale, un état où l’on apprend justement à être autonome », explique Sarah Stern, psychiatre. Ce que le pédiatre Winnicot appelle, « la capacité à être seul » ( on en profite pour peaufiner ses notions psy).

 

 

« Le mieux, ce n’est pas de lire, c’est d’écrire » insistent les pédagogues Régis Jauffret et Philippe Mérieux. « Ils peuvent tenir un journal, par exemple, pour raconter ce qu’ils ressentent, parce que c’est là qu’ils seront vraiment libres. Avec tout ce qui est sur écran et tout ce qui est préfabriqué pour eux, ils ne sont pas totalement libres, tandis que là, ils ont une liberté absolue », assurent les spécialistes. A tester donc ?

 

6/  Confier des tâches aux enfants qui eux aussi ont besoin de se rendre utile

Dans les grandes périodes d’angoisse, les enfants aussi ont besoin de se rendre utiles. «On prépare des gâteaux pour une dame âgée du quartier, raconte Fatima qui vit à Suresnes. Et Linda est super fière d’aller les déposer et d’entendre ses remerciements, même à travers la porte. »

 

 

7/ Mobiliser les grands parents, les proches

Cela soulage et c’est déjà important. Et cela rappelle aux enfants que tout le monde est mobilisé autour de leur apprentissage, que c’est important pour tous, que ce n’est pas vain. C’est aussi l’occasion d’apprendre d’autres choses avec les aînés.

Et retrouver ici les outils de visioconférence les plus simples à utiliser

 

8/ Leur laisser des moments seuls rien qu’avec leurs amis en ligne

Là aussi, cela permet de souffler, côté enfants. De retrouver un peu de légèreté. Beaucoup de classes se sont organisées sur Discord, une sorte de Skype, au départ pour les gamers, devenue très populaire chez les jeunes.

Selon Médiamétrie, la plateforme était en octobre 2019 fréquentée chaque jour par 1,5 million de Français, à égalité avec TikTok. Et les téléchargements ont bondi depuis le confinement.

Ici le #collorschallenge : se filmer en train de chanter avec un micro improvisé. Ici le micro est une brosse

 

Et petit rappel : on n’oublie pas bien sur de garder un œuil sur leurs activités digitales car il parait que l’oisiveté est parfois mal inspirée

 

9/ Ne pas vouloir gérer leur vie dans tous les détails

On ne le faisait pas avant.

 

 

10/ Et conseil d’un ami chinois : faire la cuisine ensemble et bien manger

« C’est finalement la seule chose que l’on réalise vraiment, avec des résultats visibles dans la journée. Donc c’est très réconfortant. »

 

 

Plus d'infos sur comment occuper les enfants durant le confinement