Comment parler sexto à son ado?

#pratiquesnumeriques Vie perso

Vous avez surpris une photo dénudée dans le portable de votre ado ? C’est peut-être le moment d’avoir une conversation. Oui, mais comment ? Samuel Comblez est psychologue de l'enfance et de l'adolescence et directeur des opérations de l'Association e-Enfance à Paris nous explique comment aborder la « sextualité » avec ses enfants sans hyperventiler.

Photo by Charles on Unsplash
Photo by Charles on Unsplash
Photo by Charles on Unsplash

Lorsque l’on évoque les sextos, de quoi parle-t-on vraiment ? Des photos, un texte, des emojis ?

Ce sont toutes les formes de contenus à caractère sexuel. Photo, texte vidéo, ou même emojis, l’important, c’est le message que l’on transmet, l’intention, à savoir le dévoilement de soi-même.

Les formes de sexting ont-elles évolué ces dernières années ?

Oui, clairement ! Prenez la sextape, c’est d’abord une histoire entre adultes envoyée par outil informatique. Ensuite quelques footballeurs ont défrayé la chronique, comme Karim Benzema (Le footballeur avait menacé de divulguer une sextape de Mathieu Valbuena. NDLR). Kim Kardashian a aussi banalisé ce genre de pratiques, avec l’idée, en plus, que l’on devient riche et célèbre. C’est aujourd’hui une pratique courante. Une façon très décomplexée de se montrer.

On entend souvent dire que les jeunes sont au courant des risques. Est-ce vraiment le cas ?

Je dirais que les jeunes pensent savoir, mais sont finalement peu au courant. On le voit dans nos interventions. Ils savent se servir des outils numériques avec un certain naturel. Mais ils ne savent pas que communiquer s’apprend, surtout avec un inconnu, tout comme transmettre des émotions. Ils s’imaginent que l’outil numérique les protège de tous les risques, puisqu’ils sont derrière leur écran. Les adultes connaissent mieux les limites.

 

Notez vous une prise de conscience chez les plus jeunes qui sont maintenant sensibilisés à l’école ?

Je ne crois pas. Il n’existe pas de chiffres officiels à ce sujet. Mais nous constatons lors de nos interventions, sur notre ligne d’écoute et aussi les cas remontés par les établissements que les 6ème sont plus souvent victimes de harcèlement que les 3ème.

Parler sexto à son ado… comment aborder le problème ?

En premier lieu, ne pas considérer que c’est un problème ! Sinon, on oriente le débat. L’idée, à mon sens, c’est de se dire qu’on est en 2020, à une époque où les jeunes utilisent les outils numériques. Même si pour nous, adultes, c’est étonnant de voir comment les jeunes communiquent entre eux et s’exposent sur Internet, c’est de cette façon qu’ils prouvent leur amitié et leur amour. Il faut en parler, non pas pour que ça n’arrive jamais, mais pour qu’il ou elle ne regrette pas son geste si cela devait advenir.

Comment ne pas passer pour un ringard lorsqu’on donne des conseils de prudence ?

Il faut se mettre en position d’écoute, et pas en parents lourds et vieillissants qui parlent d’un sujet qu’ils ne connaissent pas, avec le risque d’un cinglant : « Vous vous êtes vieux, vous n’avez connu que le Minitel ! Ce n’est pas vous qui allez nous apprendre ! » Les jeunes connaissent bien le côté technique, nous pouvons leur apprendre les risques, les valeurs et la façon de se comporter et de s’adresser à l’autre en société. Pendant quelque temps encore les jeunes auront besoin des plus âgés, car le coeur du problème reste comment interagir avec ses pairs.

Comment réagir si son enfant a reçu un sexto ?

Avec le plus grand calme possible. Parce que hurler ou se mettre en colère n’est pas un bon message. Cela voudrait dire que c’est grave ou que le jeune est en faute. D’autant que souvent, les plus jeunes en reçoivent sans l’avoir demandé. Mieux vaut pour lui qu’il puisse en parler à ses parents, sans qu’ils lui infligent la sanction suprême à savoir supprimer le portable et la connexion Internet.

Quelles sont les règles à rappeler ?

Il ne faut pas imposer, mais trouver un échange égalitaire : « Tu utiliseras ton SMS comme tu voudras. Si tu veux envoyer un sexto, ce que je te demande en tant que parent, c’est de te comporter en ado respectueux de la vie d’autrui. » C’est déjà un cadre général.

Quelles questions doit-on se poser avant d’envoyer un nude ?

On peut dire que, lorsque l’on est dans une relation amicale, amoureuse, ou d’échange, il faut se poser trois fois la question avant d’envoyer le message : est-ce vraiment nécessaire ? Et quels sont les risques ? J’entends par là le revenge porn (rendre publiques des photos ou vidéos de nu après une rupture, NDLR) Quand le temps de la séparation est venu, les jeunes se retrouvent en difficulté. Quand les photos sont diffusées sur Internet, elles ne nous appartiennent plus et aucun grand magicien ne peut les faire disparaître, elles passent dans le domaine public. Est-ce qu’on a vraiment envie, quand on cherche un stage, qu’un employeur puisse tomber dessus ? Ou si un garçon ou une fille nous plaît, est-ce qu’on est prêt à ce qu’il ou elle tombe dessus ?

Comment faire comprendre à son enfant que le sexting n’est jamais obligatoire ?

Plutôt que de vouloir interdire le sexting, il faut l’aider à imaginer des scénarios différents, des alternatives. Lui faire comprendre que l’on peut toujours s’extraire de l’influence du groupe.

3 manières de déclarer son amour sans se déshabiller