Arnaques en ligne, faux démarchages… : vous ne vous ferez plus avoir !

Publié le : 09-12-2020

#securitenumerique Vie perso

Vous avez beau être vigilant, vous n’êtes pas à l’abris d’être la cible d’une attaque en ligne. Pas de panique ! Comment les reconnaître et adopter les bons réflexes, on fait le point.

Manuela Deigert by Plainpicture
Manuela Deigert by Plainpicture
Manuela Deigert by Plainpicture

C’est l’une des arnaques les plus courantes : un individu vous appelle ou vous contacte par email, sms ou par une fenêtre qui s’ouvre sur votre écran et se fait passer pour l’employé d’un éditeur de logiciel, de constructeur informatique ou d’entreprise de télécommunications. Il va désamorcer un problème (vitesse de connexion ou autres) et a besoin d’obtenir l’accès à votre ordinateur pour en prendre la main à distance. Pour cela, il vous faut installer un logiciel, explique-t-il.

 

Dépannage non-sollicité = arnaque

 

Ne le faites pas. Ceci est une escroquerie. Aucune entreprise de télécom, de logiciel ou autres, ne vous appellera pour vous proposer un dépannage non-sollicité. En cas de doute, « il y a fort à parier que si vous posez suffisamment de questions, l’escroc réalisera que vous ne pouvez pas être piégé », conseille l’entreprise de sécurité Internet Kaspersky. Sortez-donc votre moulinette à interrogations.

 

De même, aucun réparateur agréé ne vous demandera d’installer un logiciel pour accéder à votre machine. Il s’agit d’un logiciel espion qui permet de récupérer les informations présentes sur votre ordinateur, voire même de les chiffrer pour vous empêcher d’y avoir accès et réclamer une rançon. Certains escrocs vont jusqu’à vous faire payer le logiciel ou le prétendu dépannage. Ne payez pas.

 

 

Si malheureusement vous êtes tombé dans le piège, pas de panique ! Vous n’êtes ni le premier, ni le dernier : les cyberescrocs sont de plus en plus difficiles à repérer et même les internautes les plus affutés peuvent se laisser berner. Si vous avez donné votre numéro de carte bleue, faites opposition immédiatement. Changez vos mots de passe. Rendez vous ensuite sur le site gouvernemental sur la cybermalveillance. Vous pourrez y faire un diagnostique rapide pour connaître la marche à suivre et être mis en relation avec des professionnels. Ils vont expliqueront par exemple les étapes de désinstallation du logiciel espion.

 

Adoptez les bons réflexes

 

On ne vous y reprendra plus ! D’ailleurs, pour éviter les arnaques sur Internet, quelques bons réflexes.

 

Vous n’avez pas gagné 1 million

 

Si c’est trop beau pour être vrai, c’est souvent que c’est une arnaque. On ne gagne pas un iPhone gratuit en étant le millième visiteur d’un site et un prétendu riche donateur ne vous contactera pas sur Messenger.

 

 

Vérifier l’adresse email de l’expéditeur et téléphonez

Ni votre banque, ni votre opérateur téléphonique ne vous demandera des données sensibles par email. Si c’est le cas, il s’agit surement d’une arnaque. Pour une vérification rapide, penchez-vous sur l’adresse. « Une adresse email est composée de 3 parties : un identifiant, un séparateur (@) et un nom de domaine comme par exemple identifiant@gmail.com. (…) Retenez bien qu’un professionnel n’utilisera JAMAIS une adresse d’un fournisseur d’emails gratuit comme gmail, outlook, hotmail, yahoo, orange ou laposte », détaille l’entreprise de sécurité informatique Panda Security. Les escrocs sont néanmoins malins et les adresses peuvent ressembler à celles officielles – on repérera par exemple un léger préfixe ou suffixe à l’adresse. Dans le doute, n’hésitez pas à passer un coup de fil à l’organisme censé vous avoir contacté. Mieux vaut prévenir que guérir.

 

Vérifiez que vous êtes sur une adresse sécurisée

 

Dans votre barre d’Url, deux détails doivent vous accrocher l’oeil. Le cadenas avant l’adresse signifie qu’il s’agit d’une page sécurisée, de même que la mention du « s » à la fin de https://, plutôt qu’un simple http://.

sécurité internet

 

Ne cliquez pas sur les liens sans connaitre

 

Un ami vous a envoyé un lien avec le message « C’est toi sur la vidéo ? » ? Ne cliquez pas. Même si cela vient d’un ami de confiance, il s’est peut-être fait pirater son compte. Là-encore, suivez votre instinct et n’hésitez pas à téléphoner à votre ami si sa façon de parler vous semble différente de son habitude. Il vous sera reconnaissant de l’alerter si son compte a été pris en main frauduleusement.

 

Utilisez des mots de passe robustes

 

Que vous pensiez avoir été hameçonné ou non, adoptez des mots de passes solides, ne gardez pas le même mot de passe pour tous vos comptes sauf s’il est suffisamment robuste. Comme manger vos cinq fruits et légumes par jour, cela fait partie d’une bonne hygiène de navigation !

 

 

Amusez-vous mais restez vigilant

Internet n’est pas un lieu plus dangereux qu’ailleurs ! Baladez-vous,amusez-vous et soyez curieux. Mais sur Internet comme dans la rue, on garde nos yeux ouverts et notre intuition alerte.

Pour plus de renseignements sur le sujet, rendez-vous sur la plateforme gouvernementale Cybermalveillance.

Et toi Orange tu fais quoi ?

 

Retrouvez la sérénité grâce à l’application gratuite Orange Téléphone, très simple à installer et à utiliser ! Elle vous permettra d’identifier efficacement les numéros inconnus ou surtaxés et de détecter les appels spam. Essayez-la, vous ne pourrez plus vous en passer.

P.S : Si l’un des services Orange prend contact avec vous,  l’adresse email de contact se terminera forcément par « orange.com », si au contraire, vous êtes sollicités par des adresses en « orange.fr », comme par exemple « service-client@orange.fr » : fuyez, c’est un piège !