Nouvelle étude de mesures de l'exposition du public aux ondes

Dans le cadre du dispositif national de surveillance et de mesure de l’exposition du public aux ondes électromagnétiques

Etude de 2017 mesurant l'exposition du public aux ondes radio sur 1000 emplacements en France

 

En 2017, le ministère de la Transition écologique et solidaire, en collaboration avec l'Agence nationale des fréquences (ANFR) a réalisé une nouvelle campagne de mesures de l'exposition du public aux ondes éléctromagnétiques (la première datant de 2014).

 

Cette étude, qui a mesuré plus de 1000 places de mairies*, a pour objectif de fournir un indicateur de l'exposition environnementale du public aux ondes électromagnétiques et de suivre son évolution en fonction de l'introduction de nouvelles technologies de communication (4G, 5G, etc.).

 

Il ressort de cette analyse plusieurs points :

 

  • L'augmentation de l'exposition moyenne entre 2014 et 2017 est très faible passant de 0,38 V/m à 0,46 V/m.

 

  • En milieu urbain, la contribution de la téléphonie mobile domine. En milieu rural, le service haute fréquence (HF) comprenant la radio à modulation d'amplitude (AM), est le contributeur principal lorsqu'un niveau de champ est détecté.

 

  • La technologie 4G contribue actuellement à 27% de l'exposition : en moyenne, le niveau d'exposition sans la technologie 4G est de 0,29 V/m. Avec cette technologie, il est de 0,37 V/m (bandes 700 MHz, 800 MHz, 1800 MHz et 2600 MHz). 

 

Pour plus d'informations, retrouvez ici le rapport complet de l'ANFR

 

*L’échantillon des villes sélectionnées a été validé par l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) pour garantir une représentativité des résultats au niveau national.