Nouveau système d’alerte à la population : c’est quoi, comment ça fonctionne ?

Publié le : 28-09-2020

#pratiquesnumeriques Sécurité

Alors que le gouvernement avait misé jusque-là sur des SMS, le ministre de l’Intérieur a annoncé le lancement d’un nouveau système d’alerte capable d’envoyer des « micro messages » afin d’alerter massivement et rapidement la population en cas de danger immédiat. Comment ça marche ? Gilles Favier, expert en cybersécurité répond à nos questions.

Photo by LinkedIn Sales Navigator on Unsplash
Photo by LinkedIn Sales Navigator on Unsplash
Photo by LinkedIn Sales Navigator on Unsplash

« Au 20e siècle, on est passé du tocsin à la sirène, et au 21e siècle, on passera au téléphone portable », pour présenter le nouveau système d’alerte du gouvernement, Gérald Darmanin veut parler à une pluralité. Alors que la France entière se penche actuellement sur l’application TousAntiCovid, crise sanitaire obligeant, l’envoie de SMS d’alerte semble depuis des années prendre une nouvelle ampleur à l’image des autres dispositifs tels que le 114, numéro d’urgence s’utilisant aussi par voie écrite. Discret et efficace, le SMS/SOS se renouvelle aujourd’hui avec le déploiement par la gouvernement d’ici juin 2022 du « micro message » en cas de danger pour la population. Une annonce qui fait notamment suite à l’incendie spectaculaire de Lubrizol à Rouen en septembre 2019. Catastrophe où l’utilisation de cette technologie « Cell Broadcast » (en français : diffusion cellulaire) aurait pu rassurer les habitants loin de l’incendie ou prévenir du danger ceux qui étaient trop proches des émanations toxiques.

 

 

Une sirène d’un nouveau genre

Ce tout nouveau système d’alerte à la population s’appuiera donc sur ce système de diffusion cellulaire mais aussi sur l’envoi de SMS géolocalisés pour cibler au mieux les personnes se trouvant sur ou aux alentours d’une zone en danger et  « permettra l’envoi massif et rapide de messages prioritaires par rapport aux communications traditionnelles » d’après le communiqué de presse du gouvernement. Catastrophe chimique ou naturelle, acte terroriste… on imagine aisément les nombreux volets que pourraient couvrir une telle utilisation de nos portables. Point fort de ce module de « micro-message », la population sera notifiée en temps réel de la posture à tenir face à une situation, y compris quand le réseau est saturé et « même quand le téléphone sera sur silencieux, cela sonnera », précise le ministre de l’Intérieur.

 

Par ailleurs, la France n’est pas le premier pays à faire appel aux micros messages. Les Etats-Unis, le Japon, le Canada, les Pays-Bas, l’Italie, l’Espagne, la Finlande et la Corée du sud l’utilisent déjà. Cependant, ce nouveau mode d’alerte suscite des questions – légitimes – sur la géolocalisation, les données personnelles ou encore le caractère intrusif de la démarche. Gilles Favier est directeur d’Encelis, société spécialisée en sécurité informatique, il nous explique : 

 

BVLD. – Comment fonctionne ce nouveau système d’alerte ?

Gilles Favier – Il s’appuie sur la norme GSM (Global System for Mobile Communications). Lorsque notre portable est allumé et que nous nous déplaçons  par exemple, il communique en permanence sa position avec des bornes, ou antennes relais au sol. Pour simplifier les choses, ces dernières croisent les données pour définir la position de l’ensemble des portables qui sont connectées à elles. C’est grâce à ces échanges que les opérateurs, dont les autorités, sont capables de définir si vous êtes dans une zone de danger ou non.

Cela veut-il dire que je suis géolocalisé en permanence ?

Oui et non. Il ne s’agit  pas de la même technologie puisque la norme GSM n’utilise pas le GPS. Cette norme est déjà utilisée pour l’envoi de messages simples. C’est grâce à elle, par exemple, que vous recevez un message de pub lorsque vous êtes dans un centre commercial. En revanche oui, vous êtes géolocalisé, mais par l’utilisation de certaines applications pour lesquelles vous avez donné votre accord

Pourquoi un tel choix de la part du gouvernement, plutôt que celui d’une application ?

Pour délivrer un message important, il faut réduire le coût de l’effort de la part de l’utilisateur. Il existe de nombreuses contraintes à utiliser une application comme celle de l’installation. Même si aujourd’hui la très large majorité des français (plus des trois quart) est équipée d’un smartphone, certaines personnes possèdent encore des téléphones plus anciens sur lesquels il n’y a pas d’App Store ou de Google Store. A contrario,  un micro message permet de communiquer à 99% des portables, sans aucune  installation préalable et ne demande aucun effort de la part de l’utilisateur.

Le gouvernement a indiqué que le message provoquerait une sonnerie, même si le portable était en mode silencieux, n’est-ce pas intrusif ?

Pas de panique, votre portable ne s’est pas fait hacker ! De la même manière que certaines applications sonnent lorsque vous êtes en silencieux (comme votre horloge), il est possible d’activer le son de l’alarme grâce à la norme GSM. Alors oui, c’est étonnant en soi mais avant de penser à sa vie privée, il faut penser à la vie tout court… N’oublions pas que ces micro-messages sont  censés être des mécanismes exceptionnels alors mieux vaut peut-être être réveillé en pleine nuit que de passer à côté d’une alerte importante…