Objets hyper-connectés = danger ?

Publié le : 01-08-2020

#conseilsetastuces Sécurité

De la cuisine en passant par la chambre à coucher, de plus en plus d’objets de notre quotidien utilisent Internet pour mieux nous servir. Mais si les jouets et autres balances connectées révolutionnent la vie de tous les jours, leur utilisation n’est pas neutre pour nos données personnelles et notre vie privée. Alors comment profiter de ces équipements en toute sécurité ?

Du robot ménager parfaitement autonome à l’assistant vocal de la Google Home en passant par l’arrosage automatique qui nous fait sursauter en pleine nuit… Nos foyers n’ont jamais autant travaillé main dans la main avec l’intelligence artificielle. Et ce n’est que le début d’une longue transition ! Voyant une telle métamorphose de nos quotidiens, aux Pays-Bas, un laboratoire spécialement destiné aux prévisions en lien avec l’innovation a imaginé la maison de demain. “Nos maisons seront équipées d’appareils intelligents : des lave-vaisselles, des fours, des chargeurs pour voiture électrique qui seront tous intelligents. Ils généreront des données et communiqueront entre eux. Et pour ce faire, on a besoin d’un langage commun pour gérer toutes ces données et améliorer les différentes fonctions que ces machines peuvent assurer, » décrit avec précision Loulia Papaioannou, ingénieure électrique au Centre commun de recherche européen (JRC) pour le média Euronews. Alors, futur radieux ou fin de la vie privée ? Seul l’avenir nous le dira, mais il est important de déjà prendre quelques précautions pour nos données personnelles à l’instant T.

 

 

 

      1 – Un peu de lecture

Avant de craquer pour un nouvel objet, commencez par lire attentivement ses conditions générales d’utilisation. Elles sont généralement disponibles sur internet. Vérifiez comment sont collectées, utilisées et stockées vos données personnelles et assurez-vous de pouvoir obtenir leur effacement si nécessaire.

 

 

      2 – Gardez l’anonymat

Lors du paramétrage de l’objet, veillez à communiquer le moins d’informations personnelles possible. Préférez l’utilisation d’un pseudo à celui de votre nom pour protéger votre identité en cas de fuite des données. Vous pouvez également renseigner une adresse e-mail spécifiquement créée pour ce genre d’utilisation.

 

 

      3 – Sécurisez votre accès

Tous les fabricants d’objets connectés ne sont pas des spécialistes de la sécurité informatique. Il est donc indispensable de prendre vos précautions en choisissant un mot de passe robuste, si possible unique. Évitez également de connecter vos appareils numériques à des accès wifi public, plus susceptibles d’être piratés. Vous allez donner, recycler ou vendre un objet connecté ? Ne laissez pas ces derniers en pleine nature ! En effet, loin des yeux ne veut pas dire loin de vos données puisque vos anciens objets connectés s’ils sont toujours viables, gardent encore une trace de vous. Orange propose par exemple dans ces boutiques des bornes pour les recycler où ces derniers seront testés, réparés puis vider entièrement de leurs données personnelles avant d’être redistribués. Pratique !

 

 

      4 – Restez discret

Évitez de partager certaines données, notamment celles concernant votre état de santé, sur les réseaux sociaux : votre poids ou votre tension artérielle n’ont pas besoin d’être connus de tous. Certains services proposent de partager automatiquement vos informations : il est plus prudent de désactiver cette fonction.

 

 

      5 – Pensez à les déconnecter

Quand vous ne les utilisez pas, veillez à déconnecter, voire à débrancher, vos objets connectés : comme tous les équipements numériques, ils peuvent être la cible de cyber-attaques visant à les intégrer à un « BotNet ».

 

 

      6 – Faites le vide

Vous allez donner, recycler ou vendre un objet connecté ? Réinitialisez-le pour effacer toutes les données personnelles qu’il pourrait contenir. Pensez aussi à faire « le ménage » dans la mémoire des appareils que vous conservez mais n’utilisez plus.

 

 

      7 – Respectez la loi

Si vous installez une caméra de surveillance chez vous, assurez-vous qu’elle ne puisse filmer ni vos voisins, ni la voie publique. Et si vous employez une personne à domicile (par exemple une baby-sitter), vous devez l’informer de la présence d’une caméra et faire une déclaration auprès de la CNIL.

 

Guide CNIL : tout savoir sur l’installation d’une caméra à domicile

 

 

 

Pour aller plus loin :