Un réseau respectueux de l’environnement

Le réseau correspond à l’ensemble des équipements mis en place par Orange pour fournir un accès à internet et à la téléphonie ou encore stocker les données de tous les clients. Il est constitué d’antennes, de câbles, de serveurs, de fils, poteaux en bois ou en métal, …


Orange améliore constamment son réseau afin de limiter son impact sur l'environnement.

En effet, nous remplaçons progressivement nos équipements énergivores par d’autres appareils plus performants et moins consommateurs d’énergie.

Nous optimisons nos Data Centers pour réduire la consommation d’électricité de nos réseaux.
Nous nous engageons à concevoir et déployer nos réseaux haut débit (comme la 4G ou la fibre par exemple) dans le respect de l’environnement : chantiers verts, intégration paysagère des antennes, …

 

Prenons l’exemple des Data Center.

Un data center (« centre de données » en français) rassemble des machines appelées serveurs qui stockent de nombreuses données informatiques. Si vous conservez par exemple vos données sur le « cloud », cela signifie qu’elles sont stockées sur les serveurs sécurisés d’un data center.

 

Orange a créé en Normandie un data center parmi les plus « éco-efficaces » au monde en répondant aux meilleures pratiques en matière de réduction de consommation, de gestion des déchets et des eaux usées, ainsi que d'insertion paysagère. Dans un data center, une grande quantité de chaleur est produite par les outils informatiques. La quasi-totalité de cette chaleur est réduite naturellement grâce à l’usage de l’air frais ambiant, dû aux conditions météorologiques de la Normandie, plutôt que par le recours à la climatisation.

 

 

Par ailleurs, le réseau Orange se met aussi au service de la biodiversité. Orange a ainsi signé un partenariat avec le Centre de Recherche sur les Ecosystèmes d’Altitude de Chamonix (CREA) pour aider au référencement du Mont-Blanc comme site international d’observation de l’évolution du climat. Les antennes d’altitude sont mises à la disposition du CREA pour recueillir des données et contribuer à leur modélisation. En parallèle, des technicien(ne)s volontaires s’engagent afin d’assurer, en plus de la maintenance quotidienne du réseau, celle des 60 stations climatiques du CREA et participent à des observations du milieu naturel.