Mieux respirer grâce au digital

Bibliothèque

Les outils numériques sont de précieux alliés dans la lutte contre la pollution atmosphérique. Décryptage…

Publié le 30 juin 2015

 

 

La qualité de l’air que nous respirons est devenue un sujet de préoccupation pour bon nombre d’entre nous. Elle constitue un enjeu environnemental et de santé publique pour notre société, alors que la France accueille en fin d’année la Conférence mondiale sur le climat (COP 21).

 

 

Etre informé des pics de pollution pour guider nos activités

 

Pour limiter les effets néfastes de la pollution sur notre santé et notre bien-être, première des choses : être bien informé de la qualité de l’air ambiant pour adapter nos activités et nos déplacements. L’accès à cette information est d’ailleurs un droit « reconnu à chacun sur l’ensemble du territoire » inscrit dans une loi du 30 décembre 1996.

 

Comme pour la météo, des prévisions de la qualité de l’air sont largement disponibles sur internet. Le site de la Fédération ATMO France regroupe toutes les antennes régionales qui informent gratuitement du niveau de la qualité de l’air du jour et du lendemain. L’antenne pour Paris est le site Airparif, également disponible via une application téléchargeable sur smartphone.

 

Un nouveau venu, Plume air report, permet de suivre heure par heure le niveau de pollution de plus de 60 villes dans le monde, dont 11 en France. Les prévisions et leurs recommandations concernant certaines activités (jogging, sortir bébé etc…) sont disponibles sur leur site web et leur application. Très pratique, l’application permet de recevoir des alertes sur son mobile en cas de pic de pollution attendu.

 

 

Des outils rendant le télétravail à portée de tous

 

Les trajets domicile-travail contribuent pour une très large part aux tonnes de CO2 émises par les français chaque année pour se déplacer.

 

A l’heure où les outils digitaux le permettent, travailler à distance de chez soi constitue une réponse écologique pour limiter le trafic automobile et réduire la pollution. Le télétravail est d’ailleurs plébiscité par près de 60% des Français selon un sondage Syntec Numérique-Odoxa.

 

Accès à son PC à distance, dématérialisation des documents, agendas partagés, cloud, outils collaboratifs, messageries instantanées, conférences audio et vidéo sont autant d’outils numériques qui permettent d’abolir les distances géographiques, de travailler et de communiquer à distance, en temps réel.

 

Les entreprises, de plus en plus séduites par les atouts du télétravail (diminution de l’empreinte carbone, meilleur équilibre vie privée/vie professionnelle pour leurs salariés, gain de place sur le lieu de travail, moyen d’intégration des travailleurs à mobilité réduite), le favorisent auprès de leurs salariés comme le groupe Orange.

 

 

Faciliter le covoiturage

 

A défaut de pourvoir travailler à distance, le covoiturage est une solution « verte » et économique pour se déplacer, notamment en cas de pic de pollution ou de mesure de circulation alternée.

 

De nombreux sites et applications mobiles facilitent la mise en relation entre conducteurs voyageant seuls et passagers recherchant des places disponibles, pour un même trajet. Le plus connu est Blablacar. Pour des trajets plus quotidiens, domicile-travail par exemple, des applications comme Wayz-up ou Karos vous simplifient la vie.

 

A noter que des formules alternatives tout aussi raisonnées, écologiques et économiques existent comme l’autopartage facilité avec Mobizen ou la location de voiture entre particuliers sur E-loue.com.

 

Enfin, innovation en test actuellement, le boîtier connecté Akolyt, prodigue, entre autres, des conseils en matière d’éco-conduite dans l’objectif de limiter l’impact environnemental de sa voiture.